Coronavirus : Etat d’urgence, aide économique, interdictions, les différentes mesures prises par le gouvernement

Pour limiter l’impact sévère lié au coronavirus, la semaine dernière, le ministre de l’économie Bruno Le Maire envisageait des nouvelles mesures pour inciter les entreprises à recourir au chômage partiel ou la possibilité de payer plus tard leurs charges sociales. Aujourd’hui, le ministre indique que ces mesures seront simplifiées.

Ce lundi 9 mars 2020, lors d’une conférence de presse à Bercy entre les différentes branches économiques, Bruno Lemaire a présenté des aménagements aux mesures évoquées, à l’instar de l’Allemagne qui annonce ce matin des dispositions visant à soutenir ses entreprises en difficulté.

«Des mesures ont été prises en particulier dans les secteurs qui ont une situation critique», a déclaré Bruno Le Maire. «Toutes les entreprises qui sont confrontées à des difficultés pourront demander le report de leurs charges sociales par simple envoi d’un mail et nous allons également demander la possibilités de reporter les charges fiscales de la manière la plus simplifiée possible.

Nous avons également prévu un dégrèvement pour les impôts directs au cas par cas pour toutes les entreprises qui seraient menacées de disparition en raison de l’impact économique du coronavirus.» a annoncé le ministre de l’économie. Mais de cette rencontre, certains acteurs économiques qui espéraient une annulation des charges sociales sont repartis déçus de cette rencontre entre les ministres, Muriel Pénicaud ; Bruno Le Maire et la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher.

En attendant, Muriel Penicaud, la ministre du Travail, a annoncé que 900 entreprises ont déjà pris des mesures de chômage partiel qui concerneraient 15 000 salariés en France.

Le ministre, Bruno Le Maire se dit favorable à un plan de relance européen pour redresser l’économie quand le président Emmanuel Macron Macron appelle à une «action urgente» au niveau européen. «Il faut une réponse forte et coordonnée c’est la seule façon d’amortir ce choc violent sur l’économie, lié au coronavirus» commente Bruno Le Maire.

Dimanche soir, à l’issue d’un Conseil de Défense à l’Elysée, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que tous les rassemblements de plus de 1.000 personnes sont interdits et les écoles des zones les plus touchées sont fermées. Les rencontres sportives se joueront à huis clos ou avec 1.000 spectateurs jusqu’au 15 avril.

A la mi-journée, la députée socialiste de l’Ardèche, Michèle Victory, a été diagnostiquée positive au coronavirus ce qui chiffre à 5 le nombre de députés à l’Assemblée nationale, touchés par le virus. L’Assemblée nationale a pris des mesures pour lutter contre la propagation du virus, en incitant, entre autres le recours au télétravail.

«Pour les voyages jusqu’au 30 avril 2020, SNCF a pris la décision de rendre gratuits les frais d’échanges et de remboursements des billets TGV INOUI, OUIGO et Intercités» a indiqué le transporteur. Tous les voyageurs qui décident de reporter ou d’annuler leur déplacement en TGV ou en train Intercités pourront le faire «sans frais d’échange et de remboursement».

Pour les Etablissements d’hébergement pour personnes âgées (Ehpad), un «plan bleu» sera activé pour prévoir l’augmentation du personnel et empêcher l’isolement des résidents. Et un «plan blanc» pour les autres établissement de santé en première ligne dans la lutte contre le coronavirus.

La France, deuxième pays le plus affecté en Europe, après l’Italie se prépare à un passage au stade 3 de l’épidémie. Le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a averti aujourd’hui que «la menace d’une pandémie » du nouveau coronavirus est «devenue très réelle». Ce virus a contaminé plus de 110.000 personnes dans le monde. Ce mardi 9 mars, Le bilan de l’épidémie du Covid-19 en France est passé de 1.126 à 1.191 cas confirmés et de 19 à 21 morts.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Images capture d’écran