Coronavirus : Mayotte livrée à elle même, se dirige « vers une véritable hécatombe »

Rédigé par : Dothy, le
Publié dans : Actualites, France, Monde
Mots clés : , , ,

De tous les territoires d’Outre-Mer, Mayotte est pressentie comme le département qui souffrira le plus des effets catastrophiques du Covid-19. Totalement désarmée, malgré la déclaration de guerre médicale annoncée lundi dernier par le Président de la République française, les responsables politiques mahorais s’inquiètent et tente d’alarmer l’opinion publique via la presse nationale.

Ce dimanche 22 mars 2020, le député Mansour Kamardine s’est longuement étendu sur les conditions désastreuses du milieu médical et hospitalier à Mayotte, présageant que l’île allait «vers une véritable hécatombe ». Et pour cause l’homme politique avance dans le journal La Croix que « Mayotte est le premier désert médical de France. Nous n’avons que 16 lits en réanimation pour 400 000 habitants, nous n’avons pas de cliniques et la médecine de ville est quasi inexistante. »

Samedi 21 mars,  les chiffres montrent une situation plus que préoccupante : 11 cas ont été dépistés positifs au coronavirus dont une personne en réanimation intensive et deux médecins ont été testés porteurs du coronavirus. Vu que « les mesures de confinement ne sont que globalement respectées, que les gens vivent dans une grande promiscuité, qu’on leur dit de se laver les mains alors qu’ils n’ont pas d’eau courante et que les kwassas kwassas continuent d’arriver en provenance des Comores », le député Les Républicains s’interroge « comment on fait ? » quand on sait que « le système hospitalier n’est absolument pas prêt à absorber cette épidémie».

Au cours de l’interview, Mansour Kamardine, expliquait au même média, toutes les démarches entreprises auprès du gouvernement d’Edouard Philippe pour aider la population mahoraise qui « se trouve dans des conditions précaires propices à l’expansion de cette nouvelle maladie. »

Dans un premier temps, l’élu aurait demandé au chef de l’Etat et aux services compétents « le déploiement d’un hôpital militaire, le pré-positionnement d’un navire médicalisé de la Marine Nationale ou les transferts des malades vers l’île de la Réunion ». Toutes ces demandes ont été refusées. Conclusion du député Mansour Kamardine : « Nous sommes livrés à nous-même. Nous manquons de masques. Le télé-travail est impossible ; Comment faire quand on n’a pas Internet ? Il n’y a peut-être que 5 ou 10% de la population qui peut se connecter, les réseaux sont défaillants ».

En somme, fin de non-recevoir  : « La direction générale de la santé a déclaré qu’il n’y aurait pas de moyens supplémentaires pour l’ensemble de l’Outre-mer ».

Ce matin, le ministère des Outre-mer confirmait la fermeture des vols en direction des régions ultramarines dont Mayotte jusqu’au mercredi 15 avril inclus. Un confinement obligatoire pour enrailler l’épidémie galopante mais un isolement risqué pour Mayotte.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
ImagesReddit