Corsair : L’Etat prêt à aider, mais avec les actionnaires

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, France
Mots clés :

Le ministre de l’Economie, Bruno Lemaire, s’est dit prêt à aider financièrement la compagnie aérienne Corsair International, impactee par la crise sanitaire de Covid-19, à condition que ses actionnaires mettent eux-aussi la main à la poche.

L’État français est prêt à soutenir les compagnies aériennes françaises au-delà de l’aide déjà accordée à Air France-KLM, mais les actionnaires de ces entreprises doivent également prendre leurs responsabilités, a déclaré lundi 4 mai le ministre.

Cette déclaration intervient alors que les actionnaires, Intro Aviation et le groupe TUI, laissent entendre qu’ils ne remettraient pas au pot. La semaine dernière les 1200 employés de Corsair ont lancé une pétition publiée sur change.org.

« Sans une aide urgente et significative de l’Etat, après XL Airways et Aigle Azur disparues depuis peu, c’est notre pavillon tricolore qui risque de rendre son dernier souffle… Corsair, 2ème compagnie nationale, qui était en pleine phase de croissance et de développement en est le parfait exemple. Elle vit aujourd’hui sous respirateur artificiel », écrivent les salariés.
Bruno Lemaire a dit « suivre de très près la situation de ces compagnies, en particulier (…) Corsair ». Mais il a insisté sur le fait qu’il fallait « aussi que les actionnaires de Corsair puissent faire leur part du chemin ».

N’ayant pas un niveau de fonds propres supérieur à la moitié de son capital social, Corsair ne peut pas obtenir de prêt garanti par l’Etat (PGE).

Air France a obtenu, fin avril, 7 milliards d’euros de prêts garantis afin d’atténuer l’impact économique de l’épidémie de coronavirus sur la compagnie. Cette aide a été validée lundi par la Commission. Depuis mars 2019, le groupe allemand Intro Aviation GmbH est le principal actionnaire de Corsair avec 53% du capital.

Le précédent propriétaire TUI est toujours présent à hauteur de 27%, tandis que la part de l’actionnariat des salariés est de 20%. Intro n’a toujours pas annoncé de mesures financières pour Corsair, jugeant les conditions de prêt trop restrictives, et n’a pas commenté les déclarations de Bruno Lemaire.

Si Corsair disparaît, ce sera « au détriment du consommateur » : la consolidation conduira « inéluctablement à une hausse des prix », avait déjà prévenu son PDG, Pascal de Izaguirre, qui souligne que la « mort des petites compagnies françaises » n’assurera pas la survie d’Air France.