Couvre-feu en Martinique : Le Préfet assure que la Martinique est prête à l’appliquer sans préciser la date de son entrée en vigueur

Le préfet de Martinique assure que toutes les conditions sont réunies en Martinique pour appliquer un couvre-feu de 21h00 à 5h00 du matin sur l’île, rappelant que cette mesure a déjà été instaurée sur l’île au moment du confinement.

Stanislas Cazelles n’a pas précisé la date d’entrée en vigueur de ce couvre-feu, mais un Comité de pilotage est prévu ce jeudi 15 octobre à la préfecture avec notamment les élus locaux où les modalités d’application de cette mesure anti-covid-19 seront discutées.

Mercredi, le président Macron a annoncé un couvre feu dans huit métropoles de l’Hexagone et l’Ile de France qui s’appliquera entre 21 heures et 6 heures du matin et commencera ce samedi à minuit. Il durera pour quatre semaines.

« Ce couvre-feu est comparable à celui que nous avons appliqué en Martinique pendant la période de confinement », a déclaré mercredi le préfet de Martinique, lors d’une conférence de presse où il a décliné les mesures spécifiques qui seront appliquées sur l’île, dans la foulée des mesures anti-covid annoncées par le Président Macron.

S’agissant du couvre-feu prévu en Martinique, Stanislas Cazelles a expliqué que «l’objectif est de réduire les contaminations dans les cercles privés qui ont lieu principalement dans le relâchement des réunions, en fin de journée, en soirées, à l’occasion de réunions de famille ou lors du plaisir de se retrouver ».

Le but est de « restreindre ces contacts pour réduire la diffusion », a-t-il insisté avant d’annoncer que « l’interdiction de circulation » sera instaurée « entre 21h00 et 5h00 du matin ».
Le préfet a toutefois souligné qu’il y aura des dérogations à ce couvre-feu pour les « déplacements impératifs », pour des raisons sanitaires, des urgences professionnelles, pour ceux qui travaillent la nuit ou d’autres urgences.

« Aujourd’hui, nous rentrons dans une nouvelle étape liée à l’intervention du Président de la République et à la situation spécifique de la Martinique », a-t-il justifié. Il a expliqué que l’intervention d’Emanuel Macron avait mis en évidence trois points importants.

Le couvre feu en Ile de France et dans huit métropoles, l’appel à la responsabilité individuelle, la règle des six : à savoir essayer de ne pas se regrouper à plus de six, essayer de ne pas participer à des regroupements de plus de six personnes.