Covid-19 : Bruxelles somme les compagnies aériennes de rembourser les billets annulés

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Monde
Mots clés : ,
avion

Pour la troisième fois, en trois mois, la Commission européenne a sommé les compagnies aériennes de rembourser aux millions de passagers les billets annulées dont la valeur dépasse 9 milliards d’euros, rien qu’en Europe.

Dans ses recommandations pour la relance du tourisme en Europe, la Commission européenne a réaffirmé mercredi l’obligation pour les compagnies aériennes opérant en Europe de rembourser les billets des vols annulés, à tous les passagers qui en font la demande.

Les avoirs consentis aux passagers par les compagnies doivent rester facultatifs et si possible, assortis de garanties, a rappelé la Commission.

Les transporteurs aériens continuent d’affirmer qu’ils ne sont pas en mesure de rembourser les 9,2 milliards d’euros de billets non utilisés au niveau européen, en violation de la réglementation européenne.

L’association internationale du transport aérien, l’IATA, affirme que le remboursement des quelque 35 milliards de dollars de billets non-utilisés à l’échelle mondiale provoquerait la faillite des compagnies aériennes et ne résoudrait pas le problème du remboursement des passagers.
Afin de protéger le droit des passagers et garantir les avoirs, Bruxelles à préconisé la création de fonds de garantie des avoirs. La Commission a recommandé aux Etats de créer des fonds de garanties permettant de rembourser les avoirs, en cas de faillite du transporteur.

Cette disposition qui s’ajoute aux autres facilités d’utilisation et de remboursement, permettrait de rendre le choix des avoirs plus attractif pour les clients, estime la Commission européenne.
Elle suggère aux compagnies aériennes, d’offrir des avoirs d’une valeur supérieure à celle du billet non remboursé et d’une durée de validité minimale de 12 mois, ce qui laisse la possibilité au passager de se faire rembourser à tout moment et d’utiliser ces avoirs sans restriction sur toutes les lignes de la compagnie.

Pour l’heure, les compagnies aériennes jouent la montre et espèrent que les clients finiront par se lasser.