Covid-19 : Décès suspects à bord de bateaux de croisière errant en mer avec leur équipage

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Monde
Mots clés : ,

Trois employés confinés sur des navires de croisière en errance, se seraient récemment suicidés pour des raisons encore mystérieuses, en pleine pandémie de Covid-19.

La semaine dernière, RFi estimait, citant des garde-côtes américains, à 104 le nombre de navires de croisière dans les eaux américaines avec à leur bord près de 72.000 membres d’équipage confinés, sans réelles perspectives de déconfinement dans l’immédiat.

Suicides, grève de la faim, décès suspects…

Ces derniers jours, plusieurs membres d’équipage semblent s’être donnés la mort, tandis que d’autres ont entamé une grève de la faim afin de pouvoir rentrer chez eux.

Dimanche, une Ukrainienne de 39 ans s’est tuée en se jetant par-dessus bord du Regal Princess, au large du port néerlandais de Rotterdam, a confirmé la compagnie Princess Cruises, propriété du géant des croisières Carnival.

Le navire était en voie de rapatrier son personnel coincé à bord. Avant elle, deux autres membres d’équipage de bateaux de croisière sont morts ces derniers jours dans des circonstances encore floues.

Samedi, un homme s’est apparemment suicidé à bord du Carnival Breeze, qui naviguait entre les Bahamas et l’Europe, où son équipage devait débarquer.

« Sa mort n’est pas liée au Covid-19, mais par respect pour sa famille, nous ne donnerons pas plus de détails », a fait savoir un porte-parole du groupe Carnival.

Selon le site Crew center, il s’agirait d’un salarié de 29 ans originaire de Hongrie.
« Nous sommes dans le noir, il n’y a aucune information sur le moment où on arrivera au Royaume-Uni et sur la façon dont on va pouvoir rejoindre nos maisons », s’est plaint un membre d’équipage auprès du site.

Depuis le début de la pandémie de COVID19, plus de 2.700 cas de coronavirus confirmés ont été détectés parmi les passagers et les membres d’équipages de 33 navires affiliés à la principale fédération mondiale du secteur, la Cruise Lines International Association (CLIA).

Plus tôt dans le mois, le 2 mai, c’est un employé d’un autre bateau, le Jewel of the Seas, que s’est jeté par-dessus bord. La compagnie Royal Caribbean a fait savoir qu’elle coopérait avec les autorités dans leur enquête, alors que le navire est ancré dans la zone maritime au large de Sounio, près de l’îlot d’Agios Georgios, à 50 km au sud d’Athènes.

Selon le site grec Pireas News, « il a fallu plus de 48 heures pour se rendre compte de l’absence du marin de 27 ans ».

Les compagnies accusées de négligences

Quatorze membres d’équipage du Navigator of the Seas, ancré dans le port de Miami, ont entamé une grève de la faim afin de pouvoir retourner à terre.

Le confinement en mer est compliqué et les compagnies sont accusées de négligence.
Il y a deux mois, alors que le monde entier commençait à prendre des mesures de confinement pour endiguer la propagation du Covid-19, les compagnies maritimes américaines de croisières recevaient l’ordre de ne plus naviguer.

Au terme de longues et âpres négociations avec des autorités portuaires, les paquebots avaient réussi à débarquer leurs passagers et à les rapatrier avant de repartir avec les membres d’équipage piégés depuis en mer.

Des équipages confinés, souffrant en plus de disparités dans leur traitement

Mais ces personnels ne sont pas tous logés à la même enseigne : ceux qui sont en charge du maintien des paquebots, comme les matelots, les cuisiniers ou encore les agents d’entretien, continuent de percevoir un salaire.

Ce qui n’est pas le cas des employés qui divertissaient les passagers, rapporte RFI.
A leurs difficultés financières s’ajoutent donc la détresse psychologique.
Les compagnies maritimes sont accusées de ne faire aucun effort pour rapatrier leur personnel, en raison du coût onéreux des vols, affirme RFI.

La compagnie Royal Caribbean a finalement signé un accord de débarquement établi par les centres de lutte et de prévention des maladies.

Comment rapatrier des milliers de salariés provenant de plus de 60 pays ?

Mais rapatrier quelque 25.000 membres d’équipage qui viennent de plus de 60 pays s’avère plus complexe dans le contexte actuel de pandémie.

« Chaque pays à ses propres normes et régulations distinctes sur les gens autorisés à retourner chez eux, de quelle manière et quand », explique Michael Bayley, le président de la compagnie Royal Caribbean.

La compagnie affirme avoir déjà rapatrié des milliers de membres d’équipage même si « les fermetures des ports et les restrictions de voyage » ont rendu ces opérations plus compliquées ces dernières semaines.

De leur côté, les employés des croisières Celebrity ont déposé une plainte collective accusant l’entreprise américaine de négligence. La famille d’un employé indonésien de 27 ans, mort dans un hôpital de Floride, a de son côté attaqué Royal Caribbean pour homicide.

Photo : Twitter