Covid-19 : Des écoles contraintes de fermer dans l’Hexagone après des cas suspects

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, France
Mots clés : , ,

Plusieurs écoles ont été contraintes de fermer ces derniers jours dans l’Hexagone en raison de cas suspects de Covid-19 découverts au sein du personnel enseignant ou encadrant.

Depuis le 11 mai, les écoles primaires et élémentaires sont autorisées à rouvrir progressivement. Certaines ont décidé de rester fermées, par prudence. Mais la reprise commence à poser des problèmes un peu partout dans l’Hexagone y compris dans les régions classées en zone « verte ».

Des cas de suspicions de Covid-19 ont été découverts parmi le personnel enseignant et encadrant. Si les résultats des tests en cours se révèlent positifs, il faudra désinfecter les écoles et identifier toutes les personnes qui ont été en contact rapproché avec les personnes contaminées.

En Mayenne, deux écoles privées ont fermé et ne peuvent accueillir les élèves depuis vendredi, rapporte France Bleu Mayenne. Deux enseignantes et une assistante de vie scolaire présentent des symptômes de Covid-19. Des tests sont en cours.

Idem, dans le Finistère où la rentrée a été repoussée dans plusieurs écoles après la découverte de plusieurs cas suspects sur des agents municipaux et une enseignante.

Dans le Cantal, un enfant présente des symptômes de Covid-19, rapporte La Montagne.
Toujours dans le même département, plusieurs adultes présentent des symptômes.
Selon le Midi-Libre, des cas suspects sont en cours de dépistage en Indre-et-Loire, Haute-Garonne ou encore dans l’Hérault.

En Dordogne, à Miallet, une école a dû fermer après qu’un cantonnier a été testé positif au Covid-19. L’intéressé, qui présentait des symptômes depuis une dizaine de jours, avait d’abord été testé négatif au virus. Onze personnes ont été testées ce samedi 16 mai, dans l’après-midi, à Miallet. L’école primaire qui avait rouvert ses portes lundi 11 mai, doit les refermer jusqu’à nouvel ordre.

Plusieurs ouvertures d’écoles ont été retardées en raison de cas d’adultes suspects. Dans une école de Montpellier, les enseignants ont d’ailleurs fait valoir leur droit de retrait, l’une de leurs collègues étant suspectée d’avoir contracté le Covid-19.

Selon le ministère de l’Education, on comptait vendredi environ 1,5 million d’enfants ayant repris le chemin de l’école.

La semaine prochaine, il y aura «au moins 150 000 collégiens de 6e et 5e » qui reprendront eux-aussi l’école dans les zones « vertes » selon le ministre Jean-Michel Blanquer, soit environ 10 % de l’effectif de ces tranches d’âge. Dans les zones « rouges », où le virus circule encore activement, le ministre a indiqué qu’il ne pouvait pas «en dire plus pour le moment ».
Un bilan sera tiré fin mai, a-t-il dit.