Covid-19 Guadeloupe : fermeture des centres commerciaux à partir du 1er mars

Rédigé par : Kayleen Jude, le
Publié dans : Actualites, Guadeloupe
Mots clés : ,

Avec 166 nouveaux cas de covid-19 et 44 cas de variants anglais en Guadeloupe, les seuils d’alerte ont été dépassés. Le Préfet a annoncé la mise en place de nouvelles mesures afin d’endiguer l’épidémie.

« La situation ne s’améliore pas. Et c’est dû probablement à un certain relâchement » indique d’entrée Alexandre Rochatte.

Aussi, le Préfet de Guadeloupe a pris un arrêté dont les mesures doivent s’appliquer jusqu’au 9 mars prochain.

A partir du jeudi 25 février, il faudra veiller au respect de 6 personnes maximum sauf pour les manifestations revendicatives et les cérémonies funéraires.

Désormais, dans les magasins, les musées et les salles d’exposition, la surface minimale par personne est portée de 4 à 8 m².

Fermeture de Destreland et Milenis

A compter du lundi 1er mars cette fois, les jauges des spectateurs sont abaissées à 300, au lieu de 600, pour les compétitions de football dans les stades.

« Et à 150 spectateurs, au lieu de 300, pour les gymnases et les piscines avec gradins » précisent les services préfectoraux.

L’une des mesures fortes annoncées par Alexandre Rochatte est la fermeture des galeries commerciales de Destreland à Baie-Mahault et Milénis aux Abymes.

« Ce sont des établissements de plus de 20 000 m². Seuls les commerces alimentaires, les pharmacies et les restaurants pourront rester ouverts ».

Accélération de l’épidémie

L’ensemble de ces dispositions a donc été pris en raison du dernier point sanitaire sur la covid-19 qui inquiète les autorités.

En effet, du 15 au 21 février, 166 nouveaux cas ont été dépistés sur le territoire. Un décès est à déplorer et un cluster en milieu professionnel a été détecté

Par ailleurs, le nombre de cas de variants est de 44 dans l’archipel guadeloupéen, de 12 à Saint-Martin et de 6 à Saint-Barthélemy.

« Il est important de renforcer les gestes barrières, de respecter l’isolement à l’arrivée sur le territoire » rappelle l’Agence Régionale de Santé.