Covid-19 / Guadeloupe : Le Tribunal Administratif ordonne au CHU et l’ARS de commander suffisamment de tests et d’hydroxychloriquine pour la population

La plainte de l’UGTG déposée auprès du Tribunal administratif de Basse-Terre en Guadeloupe il y a deux jours a été jugée recevable. Dans sa requête le syndicat guadeloupéen réclamait que le CHU et l’ARS de l’île commandent des tests et médicaments en quantité suffisante pour couvrir « les besoins présents et à venir de la population guadeloupéenne.

L’UGTG a donc obtenu gain de cause sur tous les points de revendication sanitaire qu’il réclamait. Le Tribunal Administratif a rendu sa décision hier et ordonne au CHU et l’ARS de commander les tests et les traitements recommandés par le Professeur Raoult en quantité suffisante. Ci-dessous, l’ordonnance du Tribunal Administratif de Basse-Terre :

Ainsi, le Tribunal Administratif ordonne : • Il est enjoint au CHU de la Guadeloupe et à l’ARS de la Guadeloupe de passer commande des doses nécessaires au traitement de l’épidémie de Covid 19 par l’hydroxychloriquine et l’azithromycine, comme définit à l’IHU Méditerranée infection et de tests de dépistage du Covid 19, le tout en nombre suffisant pour couvrir les besoins présents et à venir de la Population de l’Archipel Guadeloupéen et dans le cadre défini par le décret N°2020.314 du 25 Mars 2020

• Les conclusions du CHU de la Guadeloupe et de l’ARS de la Guadeloupe. présentées au titre des dispositions de l’article L.761.1 du Code de Justice Administrative, sont rejetées.

L’ARS de Guadeloupe n’a pas tardé à réagir suite à la Décision du Tribunal :

L’ARS prend acte que le tribunal de Basse-Terre ait remis l’action dans le cadre de la loi en demandant le respect du décret 2020-314 du 25 mars 2020. C’est exactement ce qui a été anticipé depuis le 17 mars 2020 avec la rédaction d’un protocole de traitement élaboré par Us médecins du CHU et mis en oeuvre suite à la recommandation du Haut Conseil de santé publique le 23 mars 2020. Le dépistage et le traitement de la population guadeloupéenne se fait selon les règles édictées par la loi et les préconisations ministérielles.

L’ARS est satisfaite de voir que le tribunal n’a pas entériné la demande de l’UGTG d’acheter des tests et médicaments dans les quantités qu’ils ont demandées sans être experts et auprès des entreprises qu’ils ont citées. L’ARS veille sur le niveau des stocks du territoire et dans les établissements de santé.

L’ARS constate que le tribunal rend au corps médical ses prérogatives de décision en se conformant au décret du 25 mars qui indique que e Phydrarychloroquine et l’assooation lopinavir/ ntonavi r peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le muid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisaiion du prescripteur initial, à domicile v.

Il est rappelé que l’hydroxychloroquine pouvant en effet avoir des effets secondaires graves, il est essentiel que sa prescription aux patients atteints de COVIDI9 soit décidée en fonction de la situation médicale individuelle de chacun, pour sa complète sécurité.

L’ARS assure à la population guadeloupéenne son engagement quotidien avec tous les acteurs de santé pour faire face à cette crise exceptionnelle.