Covid-19 : Le président brésilien, Jair Bolsonaro déclare aller « parfaitement bien » grâce à « l’hydroxychloroquine »

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Monde
Mots clés : ,

Depuis le début de la pandémie du Covid-19 le président brésilien, Jair Bolsonaro étonne par sa légèreté vis à vis du virus, participant à des événements publics sans porter de masque.

Mais mardi 7 juillet, Jair Bolsonaro a annoncé avoir été testé positif au Covid-19. Lundi, il avait déjà révélé qu’il présentait certains symptômes, notamment de la fièvre, et s’était soumis à un test – une radiographie des poumons à l’hôpital des forces armées.

Lors d’un entretien télévisé il a annoncé le résultat de son test positif tout en affirmant « se sentir parfaitement bien ». « J’avais 38 degrés de fièvre, mais mes poumons étaient propres. Les médecins m’ont donné de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine [un antibiotique] et après, je me suis senti mieux. Je vais parfaitement bien », a-t-il dit sur Twitter. « Et grâce à dieu je vivrai encore longtemps » a-t-il rajouté en légende d’une photo de lui tout sourire prenant le petit déjeuner.


« En tant que président, je suis toujours en première ligne. La vie continue, il faut faire attention avec les personnes âgées, mais pas la peine de paniquer », a ajouté Jair Bolsonaro.
Pour autant, le président brésilien a précisé qu’il travaillerait désormais le plus possible « par visioconférence ».

« J’avoue que je pensais que j’avais déjà été contaminé avant, sans ressentir de symptômes (…). Si je n’avais pas fait le dépistage, j’aurais pu contaminer des gens », a-t-il reconnu.
Mais Jair Bolsonaro n’a pu s’empêcher de retirer son masque à la fin de l’entretien avec les journalistes : « comme ça vous pouvez voir mon visage et constater que je vais bien ! », a-t-il insisté.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a souhaité, mardi, un « rapide rétablissement » au président brésilien. « Aucun pays n’est immunisé, aucun pays n’est à l’abri, et aucun individu ne peut être à l’abri », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, tandis que le responsable des urgences sanitaires de l’OMS, Michael Ryan, a estimé que « prince ou pauvre, nous sommes tous également vulnérables » face au virus.