Covid-19 : Les peuples autochtones menacés de «génocide» selon le photographe Sebastião Salgado

De nombreuses tribus au Brésil ont survécu à d’innombrables menaces pendant des siècles dans la forêt amazonienne, et maintenant elles font face à un nouvel adversaire le nouveau Coronavirus (SARS-CoV-2), COVID-19. Le photographe Sebastião Salgado raconte à Christiane Amanpour son appel au gouvernement brésilien pour sauver les peuples indigènes d’Amazonie de l’exploitation et du COVID-19.

Invitée sur CNN lundi 4 mai 2020, le célébre photographe Sebastião Salgado a réitéré son appel en faveur de la protection des peuples autochtones de l’Amazonie. Dans une lettre son épouse Lélia Wanick Salgado et lui dénonce un «génocide» qui anéantirait les peuples autochtones du Brésil si des mesures urgentes ne sont pas prises pendant cette crise sanitaire mondiale liée au Covid-19. Le couple rappelle les dizaines de milliers d’incendies de 2019 qui ont ravagé le poumon vert de la planète et anéanti les espoirs des tribus. Par ailleurs, le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro est toujours sous le feu des critiques alors qu’il mène une répression sévère et violente envers les communautés autochtones de l’Amazonie. En 2019, il lui a fallu un mois pour qu’il reconnaisse qu’il avait commis des erreurs dans la gestion des incendies. Aujourd’hui, confrontés au nouveau coronavirus, la présence des agriculteurs, des exploitants et des orpailleurs mettent en péril la survie des autochtones qui risquent une extinction de leur communauté.

Sebastião Salgado et son épouse ont écrit une lettre ouverte au président du Brésil, Jair Bolsonaro lui rappelant les différentes risques occasionnés par l’intrusion des visiteurs sur les terres amazoniennes. Le couple de militants a déclaré que les maladies étaient la principale cause de décès massifs depuis que les Européens se sont rendus sur le continent au milieu du dernier millénaire. «Au fil du temps, les crises épidémiologiques successives ont anéanti la plupart de ces populations. (La) disparition (des tribus) serait une grande tragédie pour le Brésil et une immense perte pour l’humanité.» a indiqué le photgraphe franco-brésilien.

Dans cette tribune, le photographe et son épouse dénoncent entre autres, les dangers que font peser l’exploitation forestière, l’orpaillage et l’élevage du bétail et demande dans la lettre que des mesures soient prises immédiatement pour empêcher les «envahisseurs illégaux » de pénétrer sur les terres indigènes».

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
ImagesCNN/BusinessInsider