Covid-19 : Plusieurs associations des Antilles/Guyane dénoncent un racisme anti-noirs en Chine

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Guadeloupe, Martinique, Monde
Mots clés : ,

Plusieurs associations des Antilles/Guyane dénoncent dans une lettre envoyée à l’ambassadeur de Chine un racisme anti-noirs en Chine.

« Nul hôtel n’accepte de recevoir ces personnes jetées à la rue par la violence et qui sont alors obligées de dormir dans le froid sur les trottoirs, d’où ils sont également chassés par d’autres policiers » écrivent les associations

Ces dernières ont décidé d’interpeller l’Ambassadeur de Chine, sur les violences que subissent les noirs actuellement. Par crainte d’une seconde vague de l’épidémie de coronavirus, les Chinois se méfient des étrangers et assimilent les noirs comme des porteurs du covid-19.

Ci-dessous la lettre des 8 organisations, le MIR Guadeloupe, Martinique, Guyane, Afrique et Sénégal,le FKNG, le CIPN et le CNR qui ont décidé de réagir même si leur « protestation n’a que peu de chance d’être entendue » :

A Monsieur l’Ambassadeur de Chine en France,
Les Organisations soussignées composées d’Africains et d’Afro-descendants ont décidé de vous interpeller suite aux persécutions dont sont l’objet les Africains et les Noirs en général en Chine. De nombreux témoignages font état de multiples expulsions musclées d’Africains de leurs logements, soit par des civils, soit par des policiers qui sont indifférents au sort de ces personnes qu’ils soupçonnent bien souvent à tort d’être porteurs du coronavirus.

Nul hôtel n’accepte de recevoir ces personnes jetées à la rue par la violence et qui sont alors obligées de dormir dans le froid sur les trottoirs, d’où ils sont également chassés par d’autres policiers! Quelle image pour la Chine qui se prétend officiellement amie de l’Afrique Noire pour des raisons stratégiques et économiques, mais qui pratique en réalité chez elle un Apartheid qui ne dit pas son nom ! Ces faits n’étonnent cependant pas les observateurs avertis, car en décembre 2008, dans les jours qui on précédé Noël, des manifestations d’étudiants chinois de plusieurs grandes villes, contre des étudiants africains, se sont transformées en véritables chasses à l’homme.Ces étudiants chinois criant par milliers ‘’Fucking Blacks’’, ont dans la ville de Wuhan lapidé les bâtiments où étaient logés les étudiants africains et provoqué la défenestration de plusieurs d’entre eux..

La ville de Nankin fut le théâtre, toujours fin décembre 1988, de plusieurs manifestations réunissant là aussi des milliers de chinois réclamant le châtiment des ‘’Diables Noirs’’, c’est- à-dire des Africains et des Noirs en général, ainsi désignés avec mépris dans votre mythologie qui nous classe au rang d’animaux sauvages. Dans cette même ville, des Noirs ont été trainés dans la rue par votre police pour apaiser la population locale. Nombre d’entre eux ont été emmenés dans des Commissariats, enfermés dans des salles nues et frappés à coup de bâtons électrifiés, y compris sur les parties génitales par des policiers brutaux..Parmi ces étudiants, quatre (des béninois et des ghanéens) seront expulsés plus tard de Chine pour s’être défendus contre des agresseurs chinois, qui en voulaient à leur vie. Cette rixe qui s’est déroulée la veille de Noël 1986 avait par ailleurs fait treize blessés..

Et lorsque, à l’issue d’un Comité de Crise, une délégation de diplomates africains s’est rendue au Ministère de l’Intérieur Chinois, aucun responsable n’a répondu à ses questions.. Le lendemain cette délégation a été reçue au Ministère de la Culture par le planton de service..

Quelle humiliation les autorités chinoises ont infligé aux ambassadeurs africains, qui étaient par ailleurs empêchés de se rendre sur les lieux des exactions, et quel mépris ouvertement affiché alors par le Ministre des Affaires Etrangères LI Zhaoxing, qui deux jours plus tard avait qualifié ‘’d’isolés’’ les incidents de Nankin et démenti toute ségrégation raciale en Chine !
Et même si la doctrine officielle affirmait que Racisme et Communisme étaient antinomiques, la réalité vécue par des milliers d’étudiants africains et nombre de diplomates était toute autre..

Quelques mois après ces évènements tragiques, le massacre le 4 juin 1989 de plusieurs centaines d’étudiants chinois venus de plusieurs Villes Universitaires de Chine, rassemblés sur la Place TIAN-ANMEN, à Pékin, allait bouleverser le Monde entier, en particulier l’Occident dont les quotidiens titraient : ‘’L’écrasement des Etudiants Pro-Démocratie par les Chars de l’Armée Populaire’’..Ces mêmes quotidiens titraient le 27 décembre 1988 et 1er janvier 1989 (Journal Libération) : ‘’Les Diables Noirs fuient Pékin et Nankin’’..

On sait maintenant de façon certaine que nombre de ces étudiants avaient participé, à Wuhan, à Pékin et à Nankin, à des tentatives de Pogroms contre des étudiants Africains désarmés et confrontés à une haine et à une hystérie collectives.

Monsieur l’Ambassadeur de Chine, nous savons que notre protestation, compte-tenu du traitement que vous réservez aux représentants de l’Afrique, n’a que peu de chances d’être entendue, peu de chances de recevoir une suite positive qui serait concrétisée par l’arrêt définitif des persécutions dont font l’objet en Chine nombre de Noirs, africains ou Afro- descendants. Vous êtes en effet toujours dans le déni et le rejet, dans une posture d’offensés, même lorsque les faits sont avérés.

Vous qui venez, en dépit de votre statut de grande puissance économique, faire l’expérience amère d’un racisme anti-chinois en Occident à l’occasion de la crise du Coronavirus, prenez- garde à ce que le discrédit porté à l’image de votre Pays par de tels actes inhumains ne modifie profondément et le regard et les relations des d’Africains et des Afro-descendants vis-à-vis de la Chine et de sa diaspora.

De partout des voix s’élèvent à travers le Monde Noir pour s’unir et agir, pour condamner et combattre toutes les manifestations de racisme dont les nôtres sont victimes sur tous les Continents de la part d’individus ou de gouvernements, qu’ils soient Asiatiques, Américains, Européens, Indiens ou Arabes..

Une nouvelle génération s’est levée, qui respecte tous les hommes et toutes les femmes de la terre, mais qui exige qu’on la RESPECTE. Cette génération est fière de son identité et fière de sa filiation à l’Afrique, berceau de l’Humanité.

Veuillez agréer, Monsieur l’Ambassadeur, l’expression de nos sentiments panafricains.
Ont signé : MIR : (Mouvement International pour les Réparations) MIR GWADLOUP : Mme Marigwadloup CINNA
MIR AFRIQUE MIR SENEGAL MIR GUYANE :
Mme Hulo GUILLABERT
Mr Jules DIALLO SOULEYMANE Mr APAMOUNIYA
MIR MARTINIQUE : Mr Garcin MALSA
CNR MARTINIQUE: Mme Gabrielle PRIVAT (Comité National pour les Réparations) FKNG (Fòs pou Konstwui Nasyon GWADLOUP) Mr Luc REINETTE, Mme Nita BROCHANT
CIPN (Comité International des Peuples Noirs) Mme Jacqueline JACQUERAY.

Photo : maliactu.net