Crash aérien du 16 août 2005 : « l’impossible oubli et l’indispensable vérité »

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

16 août 2005-16 août 2018, 13 ans que 152 martiniquais et 8 membres d’équipages colombiens ont perdu la vie au Vénézuela dans le crash aérien d’un Mc Donnell Douglas MD-82 de la compagnie West Caribbean.

L’Association l’AVCA a prévu 2 temps forts pour commémorer ce douloureux 13è anniversaire du crash aérien du 16 août 2005 : à Fort-de-France et à Saint-Esprit. « 2 leitmotivs : l’impossible oubli et l’indispensable vérité » car aujourd’hui encore, les familles exigent la vérité.

Vous trouverez ci dessous le programme pour la commémoration du 16 août 2018, « vous serez tous les bienvenus aux côtés des familles » indiquent les membres de l’association.

.

Il y a des dates qui restent gravées à vie dans nos cœurs
Des dates porteuses parfois d’espoir de joie d’amour
Et d’autres chargées de peine de douleur d’incompréhension de manque
Aujourd’hui 16 Août 2005 est une de ces dates celles qui font mal
16 Août 2005 le jour où j’ai perdu 2 parties de moi mes 2 béquilles le jour où je suis devenue orpheline
13 ans qu’ils sont partis laissant un immense vide en moi
Aujourd’hui je vis cette date autrement la douleur est toujours présente le manque aussi mais je me sens investie d’une nouvelle force leur force à eux
Aujourd’hui je me dis que j’ai pu surmonter ce double deuil j’ai pu continuer à avancer dans la vie
Alors pourquoi laisserai Je quelque chose ou quelqu’un qui n’a même pas le quart de leurs valeurs m’atteindre
Quand je repense au désespoir qui m’a envahie ce jour là non les fausses personnes le mensonge l’hypocrisie les tracas de la vie quotidienne ne valent pas ça
Ma bouée a été ma fille pour Elle je me devais de continuer et ce même si c’était très dur chaque pas pesait des tonnes
Ma bouée est toujours là et je continue pour Elle les pas sont moins lourds
Alors je m’inspire de leur force de leur volonté je sais qu’ils sont toujours là à mes côtés : (Par Régine Ramin, publié dans le groupe Renaissance Woman)