Critiqué par Obama pour sa gestion du Covid-19, Trump créé le hastag #Obamagate

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Monde
Mots clés : , ,

Trump est rancunier et il l’a fait savoir à Obama dans une guerre de tweets qu’il a déclenchée, quelques jours après des critiques formulées par son prédécesseur sur sa gestion de la pandémie de Covid-19.

La semaine dernière, dans une conversation téléphonique avec d’anciens collaborateurs, qui a fuité, Barack Obama avait qualifié la gestion de la pandémie de son sucesseur de «désastre chaotique absolu».

Des propos que plusieurs médias américains avaient rapportés le 9 mai.
Ni une ni deux, Trump a immédiatement réagit dans une série de tweets incendiaires dont l’un relate une obscure accusation d’espionnage dont avait fait l’objet Barack Obama en 2016.
«Il s’est fait attrapé», a tweeté lundi Donald Trump, faisant référence à Obama qu’il accuse d’avoir espionné sa campagne en 2016.

Le chef d’Etat américain a alors lancé le hastag «#ObamaGate» sur Twitter que ses soutiens ont immédiatement relayé sur les réseaux sociaux. Ce mot-clé #ObamaGate s’est répandu comme une traînée de poudre.

En réponse, les défenseurs d’Obama ont créé à leur tour le hastag «#TrumpJealousOfObama» (Trump jaloux d’Obama).

Dans son échange avec d’anciens collaborateurs dont Yahoo news s’est procuré un enregistrement, Barack Obama les encourageait en outre à s’investir dans la campagne de Joe Biden, son ancien vice-président et actuel candidat démocrate à la présidentielle de novembre face à Donald Trump.

Sur son compte Twitter, Donald Trump a défendu, son bilan face à l’épidémie de Covid-19 : « Nous obtenons de super notes pour notre gestion de la pandémie de coronavirus, en particulier avec L’INTERDICTION des gens venant de Chine, la source de l’infection, à l’entrée aux Etats-Unis. Comparez ça avec le désastre d’Obama et Joe l’endormi plus connu sous le nom de grippe porcine H1N1. Mauvaises notes, mauvais sondages… Ils n’avaient rien compris ! », a écrit le président américain.

Ce week-end, Barack Obama avait par ailleurs critiqué la décision controversée du ministère américain de la Justice de retirer le dossier d’accusation contre Michael Flynn, un ex-conseiller de Donald Trump poursuivi pour avoir menti sur ses contacts avec un diplomate russe.