De famille modeste, un jeune guadeloupéen est devenu un des meilleurs pilotes du monde

Vues : 10732

« C’est facile d’avoir des rêves mais les réaliser c’est pas tout le temps évident », de ces confidences on sent  la charge émotionnelle de cette mère de famille originaire de Petit-Bourg en Guadeloupe.

marky

Dimanche 26 décembre, Agathe Stalham qui vit en Angleterre est à Petit-Bourg pour les fêtes de Noël. Elle accueille son fils qui vient d’arriver de l’Aéroport Guadeloupe-Pôle Caraïbes situé aux Abymes.

received_10209462955424674

Un mois plus tôt, Vendredi 26 novembre 2016, nous rencontrons cette femme originaire de Guadeloupe, Agathe Stalham, est une antillaise comblée. Après avoir épargné de longues années, sous après sous, elle est depuis cinq ans épanouie et heureuse. Elle a guidé l’ambition de son fils Mark Anthony Stalham, lui a permis de réaliser son vœu de petit garçon de 7 ans. Agathe Stalham lui a offert son plus beau cadeau en l’aidant à devenir pilote de ligne.

13710553_10208111755605523_5032782581959694138_o

Sa formation longue et difficile est aujourd’hui reconnue au niveau international. Mark Anthony Stalham est sur la liste des certifiés de la FAA, l’Agence gouvernementale américaine en charge des réglementations et des contrôles de l’aviation civile aux États-Unis.

dscn9434

Mais ce rêve c’est aussi celui d’Agathe Stalham, une ancienne employée de compagnies aériennes, aujourd’hui jeune et dynamique cinquantenaire. Son fils, Mark Anthony Stalham n’a que cinq ans quand il franchit pour la première fois les portes d’un avion de ligne. Agathe emmène en voyage ses deux enfants, le petit Mark bouclé et métissé est émerveillé, il découvre avec sa mère les plus belles villes du monde.

mark

Deux ans plus tard, son aventure commence. Il a sept ans, le jeune garçon s’installe pour la toute première fois dans le cockpit, il conduit un gros porteur qui dessert ce jour là, la ligne Miami / Pointe-à-Pitre. Mark Anthony Stalham rêve, l’enfant s’imagine plus tard aux commandes de l’Airbus et annonce à sa mère : « Je veux être Pilote ».

20161125_230051

Son histoire, sa mère nous la raconte en partie, dans un livre qu’elle écrit sous le pseudonyme de Marcelle Roujade. Un ouvrage écrit en anglais et publié mi-novembre : « Black Boy Can’t Fly ? ».

dscn9454

Agathe Stalham londonienne d’adoption vit à Lardbroke Grove, dans le quartier de Notting Hill dans l’ouest de la capitale anglaise. Nous l’accompagnons dans ce quartier huppé qu’elle traverse pour rejoindre sa modeste maison à Treshers Place à plusieurs pâtés des résidences de luxe.

dscn9411

Au premier étage, c’est l’appartement que la famille Stalham loue depuis plus de trente ans.

dscn9483

Mark et sa sœur sont nés à Londres, les deux enfants très liés ont fréquenté ensemble l’école primaire et secondaire dans le quartier de Notting Hill.

dscn9468

Passionné de musique, le jeune homme poursuivra cependant des études secondaires basées sur les maths et la psychologie. En septembre 2009 il s’inscrit à l’université, choisit l’aviation, et termine sa dernière année d’études dans la section pilote. Après de longues études coûteuses Mark Anthony Stalham obtient son diplôme d’aviation.

Son année d’apprentissage(troisième année), il l’effectuera loin de Londres, il est inscrit au Bournemouth Commercial Flight Training pour la partie théorique et dans un second temps en Floride (États-Unis) pour la pratique.

11217737_10205505935461648_2806840233429029714_o

Un long parcours pour Agathe et sa famille, des difficultés financières à surmonter, quelques sacrifices et en 2014, la maman guadeloupéenne est soulagée. Mark Anthony Stalham, après son séjour en Floride revient chez lui à Londres. Il a sa licence de pilotage, sa mère « tout sourire » est satisfaite.

dscn9505

Mais le marché de l’emploi n’est pas simple pour un jeune de la diversité. Mark Anthony Stalham envoie ses références partout, il démarche des compagnies, rédige des CV, des centaines de demandes. La réponse positive vient d’Asie du Sud-Est. Le fils d’Agathe Stalham s’installe en Indonésie. Il pilote depuis cinq ans un Cessna Grand Caravan pour la compagnie indonésienne Susi Air Jakarta basé dans la région de Java. « Il n’a pas eu le choix », la compagnie aérienne régulière et charter lui a répondu, le jeune licencié n’a pas « hésité à dire oui » explique Agathe.

Prudent et pour maîtriser son métier de pilote, le jeune homme a fait le choix de commencer sa carrière en volant pour des petites compagnies aériennes. « En Angleterre ce n’est pas évident pour les jeunes pilotes qui sortent du pilotage, ils n’ont pas beaucoup d’heures de vol, donc peu d’expérience ». « C’est une grande chance que de commencer avec une petite compagnie », nous confie Agathe ce vendredi soir 26 novembre à Queensway dans Londres.

pbk

En Angleterre, c’est le « basic » du pilotage, cette proximité avec la population qu’il rencontre chaque jour, cet « aspect humain » du pilotage, le jeune commandant en est assez fier. Mark Anthony Stalham vole d’îles en îles, au dessus des forêt, à travers les montagnes. Le londonien d’origine guadeloupéenne espère cependant « voler pour des gros porteurs plus tard ». Le long courrier, une liaison qu’il connaît, une complicité qu’il partage avec sa mère, depuis son plus jeune âge.

10524234_10203688079536386_3131849834242329900_o

Aujourd’hui grâce aux « social media » , ils sont quotidiennement en ligne et cette fois c’est Agathe Stalham qui suit les voyages de son fils unique qui revient chaque année repasser sa Licence de pilote en Angleterre.

mark-ok

Ce professionnel est depuis 2014 certifié par la Federal Aviation Administration (FAA). Une certification qui reconnaît au jeune pilote des normes élevées de sécurité pour piloter n’importe quel avion. Mark Anthony Stalham a obtenu avec d’autres de ses confrères il y a cinq ans, les normes de certification de la prestigieuse FAA (Airmen Certification Database). Ces normes de la FAA, établies avec l’industrie aéronautique et le public, sont parmi les plus élevées au monde. Elles ont pour principal objectif de réduire les erreurs des pilotes, des erreurs humaines qui sont souvent la cause d’accidents mortels dans le milieu aéronautique.

pbk-ok

Ses performances sont connues au delà de l’Archipel. Avec trois autres pilotes « casse cou », Mark Anthony Stalham a participé à un documentaire diffusé sur Channel 4 (Royaume-Uni), « Worst Place to be a Pilot (le pire endroit pour être un pilote) ». Durant les quatre premiers épisodes, le documentaire montre la vie des pilotes de brousse en Papouasie (Indonésie).

dscn9481

Quand on lui parle de la réussite de son jeune fils, son visage s’illumine. Agathe (Marcelle Roujade) est heureuse, un peu de son rêve qu’elle a transmis à son aîné.

book-marcelle

En écrivant « Black Boy Can’ Fly ? », Agathe Stalham se veut un témoin de ce parcours sans faute. « Ce rêve de piloter un avion, est accessible à tous et aussi aux enfants noirs, issus de la diversité ». Le prix à payer est sans doute élevé, mais qu’importe les sacrifices et les souffrances, il faut montrer au monde les capacités et les possibilités intellectuelles des jeunes noirs à concrétiser ces rêves là, nous dit-elle en substance.

dscn9441

Pour Agathe Stalham, alias Marcelle Roujade : « C’est facile d’avoir des rêves mais les réaliser c’est pas tout le temps évident », il faut foncer. : « The Sky is The Limit ». Ecoutez Agathe Stalham :

Reportage et photos Dorothée Audibert-Champenois/Fbook C’news Actus Dothy
Photos additives Channel 4/ Marcelle Roujade


2 commentaires :

  1. Philippe JOSEPH-MERELIX

    Félicitations à ce jeune & à sa famille.

    Sympathique, mais bourré d’inexactitudes… En effet, aucun pilote professionnel (ATPL, CPL) au monde ne peut piloter n’importe quel aéronef. Il existe en effet différentes QT (Qualification Technique). Cette QT correspond à des machines ou à des séries de machines. Impossible donc, à moins d’être millionnaire, d’avoir toutes les QT qui existent… Par exemple un pilote qui a la QT A380, ne peut prendre les commande d’un Antonov 225, s’il n’a pas la QT correspondante…

  2. ZoW Ho

    Merci au précédent commentateur,

    Sans être du métier, je sais ces choses élémentaires.
    Cela remet en cause le titre de l’article qui le place comme meilleur pilote au monde. pour sa maman certainement.
    Pour le reste…..
    Le gratin des pilotes est là : https://fr.wikipedia.org/wiki/Red_Flag

    Cordialement

Les commentaires sont fermés