Des casiers solidaires pour les sans-abris, une première en France.

Une clé, une adresse, un lieu sécurisé, un premier pas vers la réinsertion, c’est le but de l’association Emmaüs-Alternatives à Montreuil, une ville ou des milliers de personnes vivent dans la rue ou dans des bidonvilles, assurent le maire de cette ville située en Seine-Saint-Denis.

Les fêtes de Noël arrivent à grands pas et certains sans-abris (SDF) pourront les entamer un peu plus sereinement. 12 casiers solidaires ont inaugurés le 15 octobre dernier à la rue de Vincennes dans la continuité de la place de la Croix de Chavaux.

Disponibles 24 heures sur 24, les 12 casiers implantés à une station du métro Mairie de Montreuil expérimentent pour la première fois en Ile-de-France, l’accès à un toit, à des personnes qui vivent dans une grande précarité. Ils pourront protéger du regard et des intempéries, leur argent, leur papier, leurs vêtements et une grande part de leur intimité dans des casiers solidaires de couleur bleue intense. Identifiés par un gros numéro, ils mesurent 1,80m de haut et 50cm de large.

« Les sans domicile fixe doivent transporter leur maison sur leur dos. Avec ces casiers, on espère qu’ils retrouvent de la mobilité » a déclaré Patrice Bessac, le maire communiste de la ville de Montreuil.

 

Initié par l’association Emmaüs-Alternatives, (une association fondée par l’Abbé Pierre) et  l’association portugaise ACA (créatrice des casiers) , ce dispositif, loin de fixer les SDF dans la rue, est accompagné d’un suivi hebdomadaire au cours duquel un travailleur social reçoit le SDF en vue de construire un projet durable pour leur réinsertion progressive.

« Nous avons été impressionnés par la simplicité de ce projet et par son impact positif immédiat sur la vie des personnes qui vivent dans la rue. Sur le plan symbolique, c’est aussi un projet qui donne une vraie place aux personnes SDF dans l’espace public : c’est un projet militant. » a expliqué à la presse, la directrice de l’association Emmaüs-Alternatives, Catherine Di Maria.

« Une clé, c’est ce que l’on vous remet quand vous devenez propriétaire de quelque chose » souligne Kheira Chebihi, chef de service à Emmaüs Alternatives, en charge du dispositif.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images capture d’écran/EmmaüsFrance/VilledeMontreuil