Des étudiants et professeurs noirs comparés à des singes bonobos dans un groupe Messenger

Vendredi 26 avril 2019, des actes racistes d’un groupe d’élèves de l’Université Lorraine ont été révélés sur les réseaux sociaux et ont fait réagir les responsables de l’établissement, les syndicats d’élèves et la ministre de l’Enseignement Supérieur, Frédérique Vidal.

Des étudiantes de L2 en sociologie de l’Université de Metz ont créer un groupe Facebook afin de se moquer des noirs de leur classe. Vendredi à la mi-journée des captures d’écran montraient une conversation Messenger entre plusieurs étudiants en sociologie de l’Université de Lorraine. Les professeurs et les étudiants noirs étaient moqués et comparés à des singes, rapporte la station France Bleu Lorraine.

Indignée, une internaute a publié sur Twitter un message dévoilant des actes jugés ouvertement racistes par l’Université de Lorraine qui condamne la gravités des actes et annonce qu’une enquête interne sera instruite avec la plus grande fermeté.

Quant à Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement Supérieur, a précisé dans un tweet que ce sera une « tolérance zéro face à ces comportements inacceptables sur nos campus comme ailleurs ».

Une des victimes des actes racistes raconte sous font de ségrégation où les blancs et les noirs ne se mélangent pas dans cette promo: « Ils sortaient leurs téléphones pour nous prendre en photo et les mettre dans ce groupe en se moquant de nous, en nous traitant de singes, de Noirs énormes, de bonobos ».

Le syndicat des étudiants l’Unef et la Licra demandent des sanctions contre ces étudiants. David Diné, le directeur de la communication de l’université va « diligenter une enquête administrative » en vue d’une éventuelle plainte.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Crédit photos