Des policiers s’échangeaient des messages racistes, homophobes et calomnieux, un policier choqué porte plainte

Rédigé par : Dothy, le
Publié dans : Actualites, France
Mots clés : , ,

Les messages à caractère raciste affluent sur les réseaux sociaux, plus nombreux chaque semaine. Révélés par la Ligue de défense noire africaine, des policiers échangeaient entre eux des centaines de message, leur cible : des policiers, des personnes dépositaires de l’autorité publique.

L’Affaire qui remonte à 2019, n’a pas fait grand bruit et aurait pu passer sous silence.

Selon la Ligue de défense noire africaine, plusieurs discussions ont été interceptées qui visent principalement des policiers noirs et arabes : « Est-ce que tu as vu la gueule des deux types, un putain de gros nè*re de merde et un gros bou*noule ».  » Dans ce ton, des policiers échangent dans un groupe Whatsapp des messages négrophobes et racistes, en tout des centaines d’insultes et de messages incitant à la haine.

Ces mêmes policiers envisageaient selon leurs eux de : »purger cette jeunesse française qui en est réduite à « ça » (ils sont devenus des p*tes à nè*res et à bou*noules). Un « processus » qui a commencé dans les années 1980 qui va s’amplifier à mort avec la troisième génération. La cause, les juifs et les gauchos qui font venir « les nègres » et les « bougnoules » sans oublier les boomers qui sont complice de ça. Çà me dégoûte! » commentent-ils.

D’après les informations du site La Ligue de défense noire africaine, ces révélations sont le fait d’un policier qui en pause un certain 19 décembre 2019 aurait, par hasard, aperçu son nom sur le portable d’un collègue. Le message concernant ce policier attaché à l’Unité Administrative et judiciaire (UAAJ) de Rouen est le suivant : « Vivement ce midi et ce soir que je vois plus sa gueule de nègre là qui fout rien », il ajoute « en même temps pas compliqué de faire mieux qu’un nègre ».

Le policier a depuis fait appel à un avocat, adressé dans le même temps, un rapport à sa hiérarchie et porté plainte pour injures à caractère racial, incitation à la haine et pour diffamation. Début janvier 2020 les fonctionnaires incriminés ont expliqué avoir voulu faire de l’humour. Le policier choqué, a, à sa demande, été affecté dans un autre service.

Conversations racistes entre policiers

Une France “bou*noulisée” et “né*rifiée” : écoutez les messages négrophobes, antisémites et homophobes que s’échangeaient ces policiers de Rouen. Leur collègue noir est tombé dessus…

Publiée par AJ+ français sur Lundi 20 janvier 2020

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter Instagram C’news Actus Dothy
Source A+J Français (Johanna Agbo/Yehia Hussein)
Image capture A+JFrançais