Des salariés de la Société Immobilière de Guadeloupe soupçonnés de malversations

La direction de la Société Immobilière de Guadeloupe a porté plainte contre certains de ses collaborateurs pour des faits de corruption présumée. Une enquête judiciaire est en cours.

Dans un communiqué, Antoine Rousseau parle sans détour de « dysfonctionnements préoccupants » au sein de la SIG.

Et le Directeur Général de la Société Immobilière de la Guadeloupe d’affirmer qu’il « fera la lumière et prendra les dispositions nécessaires ».

Aussi, une dizaine de salariés du service administration est concernée. Une procédure de licenciement est d’ores et déjà enclenchée.

Selon des indiscrétions, il leur a été demandé de quitter leur bureau et de remettre les clés et le matériel appartenant à la société.

Des dessous de table

Ils n’auraient pas respecté le mode d’attribution de logements. En échange, ils auraient même reçu de l’argent de la part des locataires.

Des marchés de rénovation et d’entretien, auraient également été attribués à des entreprises, en contrepartie de dessous de table.

Une enquête interne a été ouverte « pour qualifier les faits et s’assurer qu’il s’agit de cas isolés », selon la Direction de la SIG.

Une plainte a par ailleurs été déposée auprès du Procureur de la République. Des investigations judiciaires sont en cours.

Photo : @SIG