Des soignants victimes d’insultes et d’agressions dans le cadre de l’épidémie de Covid-19 en Martinique

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Des soignants sont victimes d’insultes, d’intimidations et d’agressions dans le cadre de l’épidémie de COVI D-19 indique l’ARS Martinique dans un communiqué. Le Préfet et le Directeur général de I’ARS leur apportent tout leur soutien et les incitent à porter plainte systématiquement.

« II est inadmissible que des personnels de santé soient agréssés, traités d’assassins, sous prétexte que très légitimement et au vu de ce que la Martinique a traverse, ils prônent et encouragent la vaccination de tous » poursuit le communiqué.

« Les réticences de certains vis-à-vis de la vaccination ne peuvent en aucune mesure excuser cette attitude clivante qui destabilise les relations entre soignants, et risque de faire renoncer certains médecins a leur engagement en Martinique, conduisant a une dégradation de l’offre de soins » peut-on lire dans le communiqué ci-dessous :

Le Préfet et le Directeur général de l’ARS de Martinique condamnent très fermement les insultes, agressions et les stratégies d’intimidation dont sont (‘objet les soignants et appelle a un signalement systématique de ces comportements. Depuis plusieurs semaines, certains soignants, notamment des médecins font (‘objet d’insultes, de propos et comportements agressifs, insultants, diffamatoires ou d’intimidations voire de menaces sur leur lieu de travail en raison de leur implication en faveur de la vaccination contre le COVID 19.

II est inadmissible que des personnels de santé soient agréssés, traités d’assassins, sous prétexte que très légitimement et au vu de ce que la Martinique a traverse, ils prônent et encouragent la vaccination de tous. Les réticences de certains vis-à-vis de la vaccination ne peuvent en aucune mesure excuser cette attitude clivante qui destabilise les relations entre soignants, et risque de faire renoncer certains médecins a leur engagement en Martinique, conduisant a une dégradation de l’offre de soins. Les médecins, a l’hôpital comme en ville, et comme tous les soignants du territoire, se sont investis sans compter lors de la vague de COVID 19 que nous venons de traverser. Ils continuent de soigner, et ce, en dépit de (‘impact personnel et professionnel qu’ils ont subi.

Le Préfet et le Directeur général de I’ARS leur apportent tout leur soutien, et au-delà aux directions des établissements et a l’ensemble des soignants et les incite a porter plainte systématiquement.

Les propos diffamatoires et comportements agressifs ou menaçants d’une minorité, a l’égard des soignants dans l’exercice de leur mission, sont autant d’infractions dont les auteurs auront a répondre.

Le Préfet et le Directeur général de L’ARS demandent a chaque soignant ou chef d’établissement, de signaler tout comportement agressif, verbal ou physique, envers eux-mêmes ou leurs collaborateurs, afin que soient engagées les procédures qui s’imposeraient, y compris judiciaires et disciplinaires.