Des syndicats d’enseignants pour la reprise des cours le 11 mai, mais sans les enfants

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, France
Mots clés :

Plusieurs syndicats plaident pour un délai d’une semaine entre le retour des enseignants à l’école et celui des élèves – une sorte de pré-rentrée – afin de mieux préparer la fin de l’année scolaire.

« On pourrait se réunir à partir du 11 mai, et les enfants pourrait reprendre à partir du 18″, suggère le SE-Unsa dans les colonnes du Journal du Dimanche (JDD). Le deconfinement est prévu par étapes à partir du 11 mai.

Le Premier ministre a d’ores et déjà indiqué dimanche que les écoles ne rouvriront pas partout en même temps.

De son côté, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer avait déjà prévenu mardi que tout ne se passerait pas « du jour au lendemain ». « Il va y avoir beaucoup d’aménagements », avait-il déclaré sur France 2.

Les syndicats comme la FSU mettent d’ores et déjà en garde contre les risques de surcharge pour les enseignants.

Le secrétaire général Benoît Teste, FSU, estime préférable «qu’on se laisse du temps et qu’on ne rouvre pas les écoles ».

« On a un peu l’impression que l’on va sacrifier la santé des personnels et des élèves », s’inquiète-t-il dans le journal Les Échos.

L’idée d’une « pré-rentrée » avait déjà été esquissée par Jean-Michel Blanquer dès le 14 avril. « Il faut que les professeurs aient pu préparer ce qui se passera pour chacun » des élèves, disait-il sur France 2, considérant « évident que le 11 mai, ce ne sera pas une reprise ».

Pour Philippe Vincent, à la tête du principal syndicat de chefs d’établissement, le SNPDEN : «Ce ne peut être que le début d’un processus lent et long. Il y aura sans doute un signal qui sera envoyé, mais si les collectivités ne décident de déconfiner leurs agents que le 11, cela veut déjà dire un décalage d’une semaine pour la reprise des cours », observe-t-il.