Des vénézuéliens qui devaient travailler en Martinique refoulés à l’aéroport

Vues : 3054

Ceux qui ont assisté à la scène à l’aéroport Guadeloupe Pôle Caraïbes n’ont pas du en croire leurs yeux. 117 techniciens vénézuéliens venus tout droit de Caracas en fin de semaine dernière à l’avant veille des fêtes de la Toussaint ont été remis dans leur avion, direction case départ. Et cela s’est passé sur le tarmac de l’aéroport. Le renvoi des professionnels a été décidé par la préfecture.

Ces salariés qui ont le statut de travailleurs détachés en cette circonstance, sont arrivés à bord d’un avion privé pris en charge par l’opérateur de téléphonie mobile Digicel, nous révèle RCI Guadeloupe.

L’opérateur avait fait venir ces travailleurs étrangers pour finir de réparer les dégâts causés par les passages successifs des ouragans Irma et Maria dans plusieurs îles de la Caraïbes où son réseau est déployé : Martinique, Guadeloupe mais aussi Saint-Martin. Il s’agissait aussi d’optimiser certains équipements téléphoniques.
Mais l’entreprise va devoir reporter ces réparations ou alors composer pour le moment avec les personnels locaux.

Que s’est-il passé ?

C’est la police des frontières qui a procédé au renvoi des techniciens car il y a eu un manquement du point de vue administratif. Le Code du travail ainsi que le Code de l’entrée et du séjour du droit des étrangers (CESEDA) fixent les conditions que doit remplir un ressortissant non français, qu’il soit ressortissant étranger ou européen, pour occuper un emploi en France.

Et manifestement, l’opérateur téléphonique qui a fait venir ce contingent de spécialistes n’a pas pu fournir les autorisations indispensables dans ce cas de figure.

Photo : Police Nationale


3 commentaires :

  1. FIER d'être MARTINIQUAIS

    DIGICEL est même pas CAPABLE d’embaucher des techniciens locaux mais fok ou ka aller chèché les VENEZUELIENS jiss CARACAS

    Répondre
  2. Fidel

    Le 11 Octobre, Digicel a posté sur sa page Facebook que 99% du réseau en Martinique était de nouveau opérationnel et 97% en Guadeloupe. Je ne vois donc pas pourquoi ils avaient besoin de faire venir ces techniciens vénézuéliens.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *