« Dé moun kolé » dans les rues de Port au Prince


Publié dans : Caraïbe
Mots clés : , ,
Vues : 9240

Nous sommes en Haïti à Port au Prince.
Une jeune femme passe un coup de fil en urgence à une amie. Elle lui demande de l’aide car son amant et elle sont « collés » après un rapport sexuel. L’homme ne peut pas se retirer d’elle. Ce phénomène s’appelle en langage plus scientifique, le pénis captivus. L’homme ne parvient pas à se retirer du sexe de son amante à cause des contractions des muscles du vagin. Le pénis est retenu prisonnier.

Ce qui complique tout, c’est que le couple est totalement adultérin, l’homme vit avec une compagne, la jeune fille est mariée.
Un vrai scandale qui ne tarde pas à se savoir et à rassembler la foule des grands jours autour de l’hôtel où cela s’est passé.
Les amants encore emboités sont ensuite hissés sur une brouette à l’extérieur et trimbalés dans les rues de Port au Prince.
Tout le monde veut voir, photographier, filmer…

Du théâtre pour faire réagir

En fait, ce scandale rapporté dans les colonnes du Nouvelliste, quotidien publié en Haïti, est une pièce de théâtre « Bourèt lanmou » joué par les acteurs de la BIT-Haïti Brigade d’intervention Théâtrale-Haïti.

Elle est inspirée de ce qui se raconte autour d’amants qui seraient surpris dans cette situation. La pièce a été jouée à l’occasion de la journée mondiale du théâtre, c’était lundi 27 mars. Le but de ce spectacle, libérateur en quelque sorte, était de permettre aux spectateurs de se décharger sur le plan émotionnel.
Et cela a fonctionné au vu des différentes réactions suscitées par la scène : réaction amusées, mais souvent d’indignation, de colère ou de surprise.


1 commentaires :

Les commentaires sont fermés