Deux personnes sont mortes, probablement intoxiquées à la carambole en Martinique

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

Début août, l’ARS de Martinique a été informée de trois cas d’intoxications de patients, probablement liés à la consommation de carambole. Parmi eux, deux présentaient une affection rénale.

Deux des trois patients probablement intoxiquées à la carambole sont décédées cette semaine, et un autre cas suspect a été admis au service réanimation du CHU de Martinique rapporte France-Antilles Martinique. 

« Ces patients sont décédés de complications cérébrales secondaires à des convulsions, des crises épileptiques, prolongées, répétées et difficiles à contrôler par le traitement. Ces crises ont entraîné des lésions du cerveau à l’origine du décès. L’intoxication à la carambole survient généralement quelques heures après l’ingestion, même pour de petites quantités de carambole ingérées », a expliqué le docteur Dabor Résière, médecin réanimateur-toxicologue au CHU de Martinique à France-Antilles.

L’ARS rappelle que de nombreuses études ont démontré la toxicité du fruit et de son jus non dilué, pour les personnes présentant une insuffisance rénale, la molécule active augmente les risques d’aggravation des symptômes d’affection rénale ou neurologique. La carambole est le fruit comestible d’une plante tropicale appelée le carambolier.

En cas de consommation du fruit et d’apparition de symptômes tels que : hoquet rebelle et persistant, insomnie, agitation, confusion, convulsions, fourmillements, douleurs abdominales, nausées, vomissements, faiblesse musculaire, comas, il est conseillé aux patients insuffisants rénaux de contacter le 15.

En cette période de l’année propice à la consommation de la carambole (juillet-Septembre), l’ARS de Martinique rappelle aux patients insuffisants rénaux d’éviter la consommation de ce fruit sous toutes ses formes (en jus, en salade de fruit, en confiture, en sorbet ou en décoration dans les assiettes, de par sa forme étoilée).