Dieudonne placé en garde à vue pour « apologie du terrorisme »

Vues : 11

Dieudonné a été placé en garde à vue, ce mercredi 14 janvier, pour « apologie du terrorisme ». Il a été interpellé, à 7 heures (heures Paris), à son domicile, dans l’Eure-et-Loir.

L’humoriste est entendu dans le cadre de l’enquête ouverte contre lui pour « apologie du terrorisme ». Dimanche après la marche républicaine, il avait exprimé sur Facebook se sentir « Charlie Coulibaly », en référence à Amedy Coulibaly, qui a tué une policière à Montrouge et quatre otages Porte de Vincennes à Paris.

Lundi, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour apologie du terrorisme contre l’humoriste. Sur sa page Facebook il avait immédiatement publié une lettre adressé au Ministre de l’intérieur lui expliquant « On me considère comme un Amedy Coulibaly alors que je ne suis pas différent de Charlie« .

Mardi, le Premier ministre, Manuel Valls appelait la justice à être « implacable à l’égard de ces prédicateurs de la haine« , faisant référence à l’humoriste. « Quelle honte que de voir un récidiviste de la haine tenir son spectacle dans des salles bondées au moment même où, samedi soir, la Nation porte de Vincennes se recueillait », après l’attaque contre la supérette casher, a-t-il déclaré.

La réponse n’aura pas tardé. Moins de trois jours après son statut sur Facebook Dieudonné est placé en garde à vue.

L’équipe de l’humoriste a immédiatement posté un message ainsi que des photos de cette interpellation sur son compte officiel Facebook :

DIEUDONNE EN GARDE A VUE !!!! A 7h00 ce matin une équipe de la police judiciaire, une dizaine d’agents (il faut bien ca pour maitriser la bete immonde) sont venus interpeller Dieudonné à son domicile devant ses enfants.
il a ete placé en garde à vue sur ordre du Ministre de l’Interieur, Bernard Cazeneuve, au motif que Dieudonné aurait fait l’apologie du terrorisme dans un tweet.
Rappelons que Dieudonné propose la paix au gouvernement depuis plus d’un mois et que ce dernier reste toujours silencieux, mieux, il l’attaque avec virulence à la première interprétation de travers.
Les poches de Dieudonné vidées pour effectuer sa garde à vue dans une cellule qui pue la pisse.

Selon la loi, l’apologie du terrorisme est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende, au maximum. Mais cette peine peut être portée jusqu’ à sept ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende lorsque les faits incriminés «ont été commis en utilisant un service de communication au public en ligne» – c’est-à-dire sur Internet, ce qui est le cas dans les deux affaires impliquant Dieudonné.

Photos : Dieudonné Officiel