Discours d’Alfred Marie-Jeanne après le dévoilement du nouveau drapeau de la Martinique

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Discours d’Alfred Marie-Jeanne, lors de la cérémonie de dévoilement du drapeau et de l’hymne pour les déplacements culturels et sportifs de la Martinique et à l’international ce Vendredi 10 mai 2019. Un nouveau drapeau très contesté par la population.

« Mesdames et Messieurs, les élus
Ce moment, malgré certains détracteurs impénitents, fera date. Aujourd’hui, nous remplissons la page sur le registre de notre représentation au monde.

Il y a près de trois ans, exactement le 18 juin 2016, débutaient les Assises du Sport au cours desquelles le monde sportif, toutes disciplines confondues, réuni ici même, avait reconnu le besoin d’avoir des emblèmes pour distinguer nos athlètes lors de compétitions internationales.
En ce moment particulier, j’ai une pensée émue pour cet ami qui à plusieurs reprises, me rappelait combien il était nécessaire d’avoir des signes distinctifs pour la Martinique.

Aussi, j’aimerais avant de continuer vous proposer une minute de silence, pour ce dirigeant dévoué qui portait en lui un idéal pour le sport martiniquais, pour cet Ambassadeur passionné de la Martinique qui nous a quitté beaucoup trop tôt, j’ai nommé Germain SOUMBO.
(Une minute de silence)

Représentants du monde sportif, athlètes, Présidents de ligues, trop longtemps, vous avez pâti du manque de marques de représentation dans les compétitions internationales. Je pense notamment à la ligue martiniquaise de Taekwondo, affiliée directement à la Fédération Mondiale de Taekwondo, qui a dû à la hâte, composer un drapeau distinctif.
Et que dire de nos délégations culturelles qui subissent cet embarras persistant lors des cérémonies protocolaires ? Je pense en particulier au CARIFIESTA, biennale culturelle organisée par la CARICOM, à laquelle participent des acteurs Martiniquais qui ont eu l’occasion d’avoir à improviser sur place un emblème.

Partenaire de l’OECS, depuis notre adhésion officielle en 2016, vous n’avez eu de cesse de nous réclamer nos symboles d’identification. Dorénavant, la Martinique se distinguera au sein de notre organisation, avec un hymne et un drapeau, nos passeports à l’international.
Aujourd’hui, nous nous débarrassons du tracas des embarras.
Pour toutes ces raisons, j’ai procédé à une consultation populaire qui a connu le succès que vous savez.

J’ai même entendu dire que ce type de consultation n’avait jamais été organisée. C’est Faux !
Et je prends à témoin nos voisins caribéens, indépendants et non indépendants, qui ont eu recours à la même démarche : Jamaïque, Barbade, Sint Maarten et autres.

Que toutes celles et tous ceux qui ont permis de magnifier ce moment historique en soient remerciés :

– Autant ceux qui ont participé à ce processus, par leurs propositions et par leurs votes,
– Que les membres des commissions de sélection, pour leurs contributions et le temps consacré.
Cet hymne et ce drapeau que nous allons découvrir, ne sont ni des emblèmes politiques, ni des marqueurs idéologiques.
Cet hymne et ce drapeau ne sont pas des emblèmes nationaux.
Ce serait un non-sens !

Cet hymne et ce drapeau n’ont pas vocation à s’opposer aux autres emblèmes existants.
Ce serait vanité !

En revanche, cet hymne et ce drapeau sont des symboles d’identification de notre Territoire, pour les déplacements de nos délégations culturelles, sportives et institutionnelles, à l’international. Ils ont vocation à être la bannière autour de laquelle nous nous rassemblons, car ils font consensus.

Vous, sportifs et artistes, votre rôle est de continuer à amplifier notre rayonnement dans le monde.

Chers compatriotes,
Zot té léy, man fèy !
Nou té bizwen, nou ni-y !
Sé douvan pou nou alé, pou nou palantché Matinik !
Mèsi Anpil Mèsi Anchay

Alfred MARIE-JEANNE
Président de la Collectivité Territoriale de Martinique »