Discrimination : Se moquer des accents antillais ou des régions sera bientôt interdit en France

Les accents d’outremer (et très souvent antillais), ceux du Sud et des différentes régions de France sont souvent tournés en dérision, moqués et imités pour de mauvaises raisons. Une attitude qui changera désormais depuis les dernières caricatures de Jean-Luc Mélenchon.

L’histoire se déroule ce mercredi 17 octobre à l’Assemblée Nationale. A sa sortie de l’hémicycle, le chef de file de la France Insoumise est interrogée par Véronique Gaurel, une journaliste de France 3. Imitant l’accent méridional de la grand reporter originaire de Toulouse, Jean-Luc Mélenchon lui répond « Et alors? Quesseu-que ça veut direuh? ». « Vous dites n’importe quoi. Est-ce que quelqu’un peut me poser une question en français et à peu près compréhensible ? Parce que votre niveau me dépasse », avait lancé Jean-Luc Mélenchon à cette dernière.

Depuis, le leader de la France Insoumise, conteste avoir humilié la journaliste.


Mais discriminer une personne à cause de son accent sera bientôt interdit en France.Car, aussitôt, cette épisode humiliante connue et devenue virale sur les réseaux sociaux,  la députée LREM Laetitia Avia a annoncé le lendemain soir, le dépôt d’une proposition de loi contre les discriminations linguistiques ou « glottophobie ».

« Parle-t-on moins français avec un accent ? Doit-on subir des humiliations si on a pas d’intonations standardisées ? Parce que nos accents sont notre identité, je dépose, avec des députés @LaREMíAN, une proposition de loi pour reconnaître la glottophobie comme source de discrimination » a tweeté la députée de Paris, Laetitia Avia.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
ImagesLa Dépêche/Twitter