Eau Potable : L’ARS veut informer les martiniquais sur la qualité de l’eau consommée

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

L’ARS Martinique communique sur la qualité de l’eau consommée en Martinique :

L’agence Régionale de Santé de la Martinique souhaite informer plus largement les martiniquais sur la qualité de l’eau consommée. En effet, à l’écoute des inquiétudes exprimées par la population et dans le cadre de sa mission de contrôle sanitaire de l’eau, l’ARS de la Martinique a mis en place un dispositif d’information complet sur la qualité de l’eau potable et les contrôles qui sont mis en œuvre afin de garantir la distribution d’une eau propre à la consommation.

Pour mémoire, le contrôle sanitaire de l’eau exercé par l’Agence Régionale de Santé Martinique se traduit par l’inspection des installations de production et de distribution de l’eau destinée à la consommation mais aussi par le contrôle des mesures de sécurité mises en œuvre, et également par la réalisation d’un programme annuel d’analyse de la qualité de l’eau.

Ce programme de contrôle porte sur l’ensemble des communes de la Martinique et intègre la détection de produits phytosanitaires (pesticides), et singulièrement la chlordécone, sur toutes les eaux brutes, avant traitement, et sur toutes les eaux traitées afin de vérifier l’efficacité du traitement mis en œuvre.

Au total, avec 1200 prélèvements annuels en différents points du circuit de production et de distribution de l’eau potable portant sur les pesticides, la contamination bactérienne, les métaux lourds, les hydrocarbures, l’eau po- table distribuée en Martinique est l’une des plus contrôlée de France.

Parmi les actions qui sont mises en place, on peut citer :
• Des « fiches info-facture » sur la qualité de l’eau du robinet qui seront distribuées à tous les usagers avec leur facture d’eau de décembre. Chacun pourra ainsi avoir une information claire sur la qualité de l’eau qu’il consomme pour chaque zone géographique. L’ensemble de ces fiches est également consultable sur le site in- ternet de l’ARS de la Martinique. Une carte interactive y a été développée pour faciliter l’information.

• Un document d’information spécifique, apportant des éléments de réponses quant aux différents contrôles effectués, a été distribué, à la fin du mois de novembre, dans les boites aux lettres de l’ensemble des usagers. Ce document « Eau potable, les contrôles en toute transparence » présente de façon synthétique les actions menées et résultats obtenus sur l’analyse de l’eau et la présence de pesticides dont la chlordécone en Martinique.

• Une campagne sera également menée sur les réseaux sociaux afin de transmettre une information claire et de lutter contre les rumeurs et fausses informations qui y circulent.
L’ensemble de ces outils vise à informer en toute transparence des résultats obtenus dans le cadre des contrôles sur le réseau de distribution d’eau et notamment sur l’eau du robinet, l’eau en bouteille et l’eau des sources des bords de route.

Les chiffres du contrôle sanitaire de l’eau lié à la recherche de pesticides dont la chlordécone
Prélèvements dans le parcours de l’eau

Contrôle sanitaire spécifique des pesticides
-63 points de contrôle :pour la recherche de la chlordécone dans l’eau potable
-Environ 160 recherches de chlordécone par an : 90 sur l’eau brute avant traitement et 70 sur l’eau après traitement
-400 autres pesticides recherchés en plus de la chlordécone

En mai 2019, afin de renforcer les contrôles, l’Agence Régionale de Santé Martinique a lancé une recherche de pesticides spécifique directement au robinet des particuliers, restaurateurs, mairies… Les résultats seront disponibles fin 2019 et communiqués largement en janvier 2020. Il est d’ores et déjà prévu d’étendre cette étude

L’eau du robinet
Selon les normes, l’eau ne doit jamais présenter des traces de pesticides et notamment de chlordécone supérieures à 0,1 microgramme / litre. Ces normes s’appliquent dans tous les pays de l’Union Européenne et sont établies pour protéger la santé des consommateurs qui boivent l’eau tous les jours quel que soit leur âge et leur état de santé.

Sur les 35 points de captage d’eau utilisés :
• 33 ne présentent aucune trace de chlordécone
• 1 présente des traces de chlordécone très inférieures à la norme et ce de façon intermittente ; Il s’agit du
point de captage « Forage Demare » à Basse Pointe
• 1 présente une contamination permanente à la chlordécone supérieure à la norme : le point de captage
« Rivière Capot » à Basse Pointe

Sur ces deux points, l’Agence Régionale de Santé a validé les traitements mis en œuvre par les responsables de la distribution de l’eau :
• A « Rivière Capot », un traitement au charbon actif et un système d’ultrafiltration dans l’usine de Vivé ;
• A « Forage Demare », l’eau du point de captage est mélangée avec de l’eau ne présentant aucune trace de chlordécone.

Ces actions permettent de distribuer une eau propre à la consommation, respectant les normes européennes.

L’eau en bouteille
En Martinique, depuis 1999, des contrôles de phytosanitaires dans les eaux en bouteille ont été mis en place et aucune trace de chlordécone ou d’autres pesticides n’a été décelé à ce jour.
L’eau des sources dites des bords de route

Les 126 sources de bord de route recensées ont fait l’objet d’une analyse chimique et bactériologique. Parmi elles, 77 situées dans un environnement considéré comme ne les protégeant pas d’une contamination aux pesticides ont eu un contrôle spécifique complémentaire :

• 28 sources ne présentent aucune trace de pesticide dont la chlordécone
• 17 sources présentent des traces de chlordécone inférieures à la norme de potabilité
• 32 sources présentent des traces de chlordécone supérieures à la norme de potabilité

En raison de cette présence de pesticides mais aussi des autres contaminations bactériologiques et chimiques constatées, 90% des eaux de sources des bords de route sont considérées impropres à la consommation. Il est donc très fortement déconseillé de les consommer. Une nouvelle analyse des eaux de sources sera réalisée à partir de 2020.