Edouard Philippe : « Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai »

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, France, Guadeloupe, Guyane, Martinique
Mots clés :

Le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré, ce mardi 28 avril qu’il n’y aurait pas déconfinement le 11 mai, si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous.

« Je le dis aux Français : si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai, ou nous le ferons plus strictement », a déclaré le Premier ministre qui présentait son plan de déconfinement progressif a l’Assemblée nationale.

« Hier, j’ai reçu du directeur général de la santé des modélisations moins favorables. Peut-être parce que les comportements se relâchent un peu, peut-être parce que la baisse des hospitalisations est trop lente, peut-être aussi parce que les hypothèses sur lesquelles sont fondées les modélisations ne vont pas s’avérer exactes », a expliqué le Premier ministre.

«Je le dis ici devant la représentation nationale, avec solennité. Ces incertitudes doivent inciter tous les Français à la plus grande discipline d’ici au 11 mai et à lutter contre les risques de relâchement que nous sentons parfois monter dans le pays », a mis en garde le Premier ministre.

« Si tout est prêt, comme nous le pensons le 11 mai, alors commencera une phase qui durera jusqu’au 2 juin. Elle permettra de vérifier que les mesures mises en œuvre permettent de maîtriser l’épidémie et d’apprécier, en fonction de ces évolutions, les mesures à prendre pour la phase suivante, qui débutera le 2 juin et qui ira jusqu’à l’été, », a-t-il ajouté.

Édouard Philippe a expliqué que la stratégie pour le déconfinement était fondée sur trois principes: « vivre avec le virus, agir progressivement, adapter localement ».

Il a précisé que le gouvernement comptait adapter son plan de déconfinement, en fonction de la situation de chaque région et cela en concertation avec les autorités locales.
Mettant en garde contre « le risque de l’écroulement » de l’économie sans déconfinement, le Premier ministre a invité «toutes les entreprises à équiper leurs salariés» de masques.

Il a invité et les particuliers « à se confectionner eux-mêmes des masques ».
« Progressivement, nous parviendrons à une situation classique, où les Français pourront sans risque de pénurie se procurer des masques grand public dans tous les commerces », a-t-il souligné.

« Le risque d’une seconde vague, qui ruinerait les efforts et les sacrifices consentis au cours de ces 8 semaines, est un risque sérieux, qui nous impose de procéder avec prudence», a mis en garde le Premier ministre.

A propos des tests de dépistage, il a indiqué qu’ils seront pris en charge à 100% par l’Assurance maladie.

Le gouvernement compte faire tester massivement les personnes présentant des symptômes du COVID19 et installer des « brigades » dans chaque département pour identifier leurs contacts, pour inviter à isoler toutes les personnes positives, a dit Édouard Philippe.
A la sortie du confinement, la France sera en mesure de densifier les tests, avec une capacité de 700.000 tests virologiques par semaine, a-t-il dit. « Nous prévoiront des dispositifs de contrôles » des personnes isolées, a-t-il ajouté.

Pour le déconfinement, les départements seront différenciés en « vert » ou « rouge » pour le 11 mai, selon la circulation du virus, a indiqué le Premier ministre. L’ouverture des collèges se fera à « compter du 18 mai », et seulement dans des départements peu touchés. Une décision est prévue fin mai sur une réouverture des lycées.

«Nous proposons une réouverture très progressive des maternelles et de l’école élémentaire à compter du 11 mai, partout sur le territoire, et sur la base du volontariat », a-t-il dit.

Les déplacements interdépartementaux ou interrégionaux seront réduits « aux seuls motifs professionnels ou familiaux impérieux, pour des raisons évidentes de limitation de la circulation du virus », à la fin de la période de confinement le 11 mai, a indiqué le Premier ministre.
Tous les commerces, sauf les cafés et restaurants, pourront rouvrir à compter du 11 mai mais avec des mesures de protection sanitaire, notamment le port du masque, recommandé pour le personnel et les clients si la distanciation est impossible. Les préfets pourront néanmoins maintenir fermés les centres commerciaux de plus de 40.000 m2.

Le gouvernement prendra une décision sur les bars, cafés et restaurants fin mai, pour décider s’ils peuvent ouvrir après le 2 juin, a précisé Édouard Philippe.

Les plages resteront « inaccessibles au public au moins jusqu’au 1er juin ». Le Premier ministre a également indiqué que les parcs et jardins « ne pourront ouvrir que dans les départements où le virus ne circule pas de façon active » .

Il a demandé aux plus de 65 ans de continuer à limiter leurs contacts et sorties.