Education – Solidarité : « Prendre soin des enfants que tout le monde semble vouloir oublier ! »

Vues : 325

« Ma mission est de, simplement, prendre soin des enfants que tout le monde semble vouloir oublier » a déclaré Nadia Lopez dans le magazine britannique, le Times.

C’est l’école de la seconde chance et sans doute dernière chance pour de très jeunes enfants, dont certains sont de petits délinquants. Une jeune directrice d’école secondaire, Nadia Lopez, a eu l’excellente idée de créer une école dans le but d’instruire, de former et de guider des mineurs, à retrouver « foi en l’avenir ». C’est ainsi que Mott Hall Bridges Academy, dans le quartier Brownsville de Brooklyn a été fondé par Nadia Lopez.

Son projet a touché l’Amérique toute entière et c’est dans l’émission télévisée « Good Morning America » d’Ellen DeGeneres qu’on découvre la fondatrice du Mott Hall Bridges Academy.

L’ancien président Barack Obama l’a reçue à la maison Blanche, c’était en 2016. La jeune principale du Mott Hall Bridges Academy, a été honorée aux côtés de la Première Dame Michelle Obama avec le Change Agent Award au Black Girls Rock show organisé sur BET Networks.

Ils sont trop jeunes pour être prisonniers, ils sont hors du système scolaire, mal aimés dans les centres de détention. Pourtant, ces jeunes ont tout à apprendre dans la société. Nadia Lopez les sort de cet univers carcéral ou des quartiers pauvres, qui les broient.

La réinsertion des très jeunes est un réel problème dans la société, il est encore plus inquiétant pour les jeunes détenus noirs. La solution américaine qui consiste à sortir les mineurs des écoles publiques vers les centres de détention n’aide en rien à leur adaptation dans la vie civile. Souvent confrontés à la pauvreté et à de grandes négligences ou incarcérés, les mineurs sont de nouveaux stigmatisés et maltraités dans les centres de redressement. Ils ne travaillent pas et leur niveau scolaire est faible.

Des problèmes qui commencent en grande partie par l’échec des écoles publiques, qui avec des ressources limitées et des enseignants sous-qualifiés, mènent, le désengagement des élèves à des taux plus élevés que la moyenne du Pays. De jeunes élèves qui décrochent et des statistiques qui les tracent régulièrement dans le circuit judiciaire.

A New York, au sein de son école, Nadia Lopez expérimente son « école de l’espoir » pour ces mineurs délinquants. Le Huffington Post comme d’autre média, cite Nadia Lopez, la fondatrice et directrice de Mott Hall Bridges Academy, un collège public de Brooklyn. Elle a fondé Mott Hall en 2010 à Brownsville, l’un des quartiers les plus traditionnellement mal desservis de New York.

A Mott Hall Bridges, presque tous les élèves sont latinos ou afro-américains. Ils ont tous grandi dans une grande pauvreté et dans des quartiers où règnent la violence. Trente pour cent ont un niveau scolaire très bas, ce qui correspond au double de la moyenne nationale.

Selon Nadia Lopez, quand les élèves sont encore jeunes, « la priorité est de leur donner envie », de leur proposer d’autres choix et de les motiver, les détenus mineurs auront d’autres perspectives de réussite : « Nous nous représentons ce à quoi nous sommes exposés. Ils doivent être aux endroits qu’ils méritent d’être » a déclaré la fondatrice de Mott Hall. Il faut « qu’ils apprennent que tout apprentissage est une opportunité pour le futur ».

Le succès de Nadia Lopez a été partagé par de nombreux médias et a permis à Nadia de recevoir la médaille de distinction du Barnard College (Une faculté d’Art, réservé aux femmes).

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
ImagesTheOtherFestival/Ksj.com/zimbio.com/Voanews/Business Wives