Enquête : Les mamans célibataires sont souvent en dépression

Dans une enquête publiée dans le magazine Metro au Royaume Uni, des parents célibataires racontent comment elles vivent dans la dépression tout en élevant leurs enfants.
Selon les chiffres du rapport, il y a environ 2 millions de parents célibataires au Royaume-Uni, ce qui représente près d’un quart des familles avec enfants à charge.

Les mères célibataires sont plus susceptibles d’avoir une santé mentale difficile que celles qui ont un partenaire. Les principales causes associées sont les difficultés financières et le manque de soutien social.

Ellen est mère célibataire et reconnaît que l’argent peut être un facteur de stress majeur. La jeune femme avoue que même si elle a un travail, avec le stress, il est difficile de rester motivé et Ellen déclare : «Financièrement, je ne peux pas donner ce que je voudrais à mon fils», dit-elle. «J’étais déjà dépressive avant d’être maman, c’était beaucoup plus facile à gérer que maintenant où je suis une maman célibataire. « Certains jours, sortir du lit et préparer le petit-déjeuner pour mon fils me semble être un énorme défi » Ellen raconte au journaliste du magazine ses peurs : « J’ai tous les soucis financiers et surtout le stress d’être licenciée sachant que personne ne peut me seconder. Ce sont souvent les petites choses qui sont les plus compliquées, comme avoir du temps seul ou simplement aller dans les magasins » avoue la jeune maman.

Quant à Kelly, également en famille mono-parentale : « Ne pas être capable de sortir le soir» est un problème récurrent. Je ressens toute la fatigue qui accompagne toute la charge de travail d’une personne seule : « Je me sens toujours exténuée, isolée et émotionnellement épuisée, car il est difficile de tout faire soi-même et de ne pas avoir de partenaire pour vous soutenir. »

Pour Amy, une autre maman célibataire de jumeaux : « Le problème principal est l’isolement et la solitude, et cela a un impact énorme sur l’estime de soi et la confiance en soi. Vous vous sentez stigmatisée et vous êtes un échec. Le principal pour moi était après la rupture, de réparer un cœur brisé, tout en essayant toujours d’être parents et de me reconstruire pour mes enfants ».

 

La réparation ne se fait pas seule. Amy le constate : «  La première étape devrait toujours être de parler à quelqu’un en qui vous avez confiance, ainsi qu’à votre médecin généraliste qui peut vous fournir des conseils professionnels et des groupes de soutien dans votre région. »

Ellen se fait aider par sa famille : «J’ai aussi de la chance que mes parents soient d’un grand soutien et m’aident quand ils le peuvent » .

Selon Kelly, parler à d’autres parents célibataires est une bouée de sauvetage. « Je fais un effort pour atteindre et élargir mon réseau social afin que je reçoive autant de soutien que possible et passer du temps avec des personnes dans des situations similaires. Avec un soutien amical, une aide médicale et une pause de temps à autre, je peux gérer la dépression ».

Certaines comme Amy ont besoin de plus de tendresse : « Parfois, vous aimeriez tomber amoureuse d’un partenaire qui vous coule un bain ou vous faist e un câlin. Mais, je ressens beaucoup d’amour de mes enfants et de ceux qui m’entourent. Cela, je crois, est une chose positive », conclut Amy.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Source Metro uk /Images Mark Andrew Webber/Liberty Antonia Sadler