Eric Baray pas si mal barré !

Vues : 0

Eric Baray arrivée Transat Bénodet-Martinique en 2011 à F-d-F

Le skipper martiniquais a enfin reçu la pièce détachée pour réparer ses pilotes automatiques. Il a quitté les Canaries ce mercredi soir pour mettre le cap sur son île natale.

Il sait depuis longtemps qu’il est hors course mais tient à rejoindre la Martinique où toute sa famille et ses fans l’attendent. « Je vais essayer de faire un grand run jusqu’à Fort-de-France, tenter d’aller au maximum de la vitesse du bateau, pourquoi pas faire un record, et surtout me faire plaisir à la barre et aux réglages ! » précisait-il ce matin à l’organisation de la course.

Ses parents et amis lui conseillent ceci : « Repars comme tu l’as décidé,  garde ta force mentale et ton caractère combatif, ramène le bateau et le bonhomme à bon port, nous, on t’attend ».

Eric Baray est le dernier des concurrents de la transat Bretagne-Martinique encore en mer mais il ne sera pas classé, car son arrivée sera trop tardive. Le dixième, Arnaud Godart Philippe (Régates Sénonaises) est arrivé en Martinique mardi soir. Le règlement de la course stipule que seront classés uniquement les bateaux qui franchiront la ligne dans les sept jours qui suivent l’arrivée du vainqueur. Erwan Tabarly est arrivé dimanche dernier. Il faudra au moins dix jours à Eric baray pour rejoindre Fort de France, forcément trop long pour être classé.

Témoignage de TEKTÔN-AGM partenaire principal d’Eric Baray

Tout d’abord un grand bravo pour la victoire éclatante du skipper Erwan TABARLY et pour les belles images de retrouvailles avec sa tante martiniquaise : Jacqueline TABARLY.
En tant que partenaire principal d’Eric BARAY, TEKTÔN AGM souhaite s’exprimer à nouveau sur cette aventure humaine.

La voile est un sport aux valeurs nobles, où parfois comme dans cette transat, le déchaînement des éléments naturels suscite une aventure humaine héroïque qui prend le pas sur la culture du résultat.
Aujourd’hui, la participation d’Eric à la Transat Bretagne-Martinique nous permet de défendre des valeurs qui vont au-delà du Sport, il s’agit de valeurs humaines.
L’épopée d’Eric suscite de nombreux commentaires : J’ai entendu qu’Eric aurait pu abandonner la course et revenir par avion en Martinique pour animer le village et commenter les arrivées des autres coureurs…J’ai entendu à la même table, qu’Eric se devait de revenir au pays et en vrai marin, ramener son bateau à bon port…

Je vais vous dire ce que j’en pense :

Eric n’est pas parti dans des conditions très favorables, avec des sponsors difficiles à trouver, un budget bouclé difficilement et tardivement ne lui ayant pas permis de pouvoir, à l’exemple de la majorité des skippers de la Transat Bretagne-Martinique, se préparer de manière optimale en amont de la course.
Eric avait toutefois cette volonté, partagée par les instances politiques et institutionnelles locales en charge de l’événement, ainsi que par le Conseil Régional : Qu’un Martiniquais participe à cette course, que 2 ou 3 autres trouvent la possibilité d’y participer dans 2 ans.

Nous connaissons des temps difficiles tant au niveau social, politique, qu’économique.

Dans ces temps du « tout : tout de suite » et de la culture de l’argent facile à n’importe quel prix, Eric BARAY reste un personnage local battant, haut en couleurs. Il est tout particulièrement un modèle pour la jeunesse. Il incarne des valeurs sûres qui lui sont propres : l’humilité, le courage, l’acharnement et un attachement à son île : la Martinique.
Eric applique également cette philosophie de vie par ses croyances, par ses envies de meilleur et de retarder le pire et également par son respect des plus âgés et son espérance pour les plus jeunes. Animé par sa belle âme et son bon coeur, il ne se bat pas que pour lui mais pour un idéal dont certains serinent qu’il n’est que fadaises…

C’est principalement pour cet intérêt social porté par les valeurs de la voile, proches de celles du monde entrepreneurial, que TEKTÔN AGM s’est engagé.

Je suis d’origine bretonne. Je suis arrivé en Martinique il y a 15 ans.
Mes associés sont, quant à eux, soit martiniquais, soit habitent le pays depuis plus de 20 ans.

Nous avons été séduits par les performances sportives d’Eric et également par son authenticité et ses valeurs.
J’ai croisé des gens désespérés, à qui Eric a réussi à redonner des couleurs d’espoir avec une humilité dont la seule explication plausible est sa foi et son éducation.
Il a ses défauts et ses qualités, comme tout un chacun… Il réunit des qualités humaines qui m’ont fait tomber amoureux de la Martinique et de son peuple. Senior parmi l’ensemble des concurrents, seigneur de coeur.

Aujourd’hui, il est dans une posture malheureuse…

Son boîtier de pilote, commandé à une société nantaise, n’a pas été envoyé via le service d’expédition retenu et exigé par son équipe. Qui plus est, cette même société a « oublié » de mettre dans le colis d’Eric, la facture de la pièce de son pilote, et a condamné la pièce salvatrice à rester coincée aux douanes de Gran Canaria 2 jours soit 5 jours de perdus… Hors délai en vu..
De la petite négligence au laisser aller, il n’y a qu’un pas dont les conséquences peuvent être dramatiques…

Voici ce que l’on te conseille Eric :

– Repars comme tu l’as décidé, garde ta force mentale et ton caractère combatif,
– Ramène le bateau et le bonhomme à bon port, nous, on t’attend,

Ce sera jour de fête sur l’île, tu seras accueilli comme les martiniquais et le monde marin savent le faire.

On t’attend de pied ferme…

ED. pour TEKTÔN AGM