Erykah Badu soupçonnée d’antisémitisme, compatissante envers Hitler et Bill Cosby ?

Vues : 724

Parce qu’Erykah Badu croit en la bonté de chaque être humain, la chanteuse née au Texas, a voulu trouver de bons mots pour soutenir Bill Cosby, reconnu coupable d’agression sexuelle. Elle aurait trouvé de la « sensibilité » et éprouvé de la «  pitié » pour,le dirigeant allemand Adolphe Hitler, chef du troisième Reich (1933-1945, qui a causé la mort de millions de personnes et la destruction d’une grande partie des villes et des infrastructures en Europe durant la seconde guerre mondiale ).

A propos du chancelier Adolphe Hitler, Erikah Badu voit au delà des épisodes tragiques, la valeur humaine du chef d’Etat de l’Allemagne nazi  : «Je suis une humaniste. Je pense que tout le monde a du bon en lui. J’ai vu quelque chose de bon dans Adolphe Hitler. C’était un peintre merveilleux. D’accord, il était un peintre terrible. Pauvre homme. Il a eu une enfance terrible. »

« Erykah Badu a exprimé son soutien au leader noir Louis Farrakhan et à la cause palestinienne jeudi devant une foule de fans et de journalistes israéliens à Tel-Aviv, arborant un énorme afro et un T-shirt avec un slogan anti-Irak. » (Haaretz/Associated Press 31 janvier 2018)

En janvier dernier, la presse israélienne soutenait, que la chanteuse de R&B prenait partie pour la cause palestinienne et qu’elle serait antisémite. Des allégations graves qui selon les journaux, la lient à l’afro-américain Louis Farrakhan, un membre de la Nation of Islam, une organisation politico-religieuse américaine.

Des dénonciations qui ont déclenché l’indignation et la colère des internautes sur les réseaux sociaux. Mais l’artiste, pas impressionnée, a récidivé dans une nouvelle interview, cette fois dans The Guardian : « Je ne regrette rien. Je n’aime pas que les gens se sentent mal à l’aise ou mal. Mais ils sont sont très sensibles en cette période », a-t-elle souligné. «Je comprends parfaitement. Je ne me fâche avec eux. J’ai entendu. Je suis désolée que cela ait été mal compris. Mais pas désolée de le dire parce que c’était un moment de partage d’amour. Et parfois cela arrive. »

Mais Erykah Badu qui ne souhaite pas que l’opinion populaire façonne ses idées et ses croyances, refuse de se laisser intimider par des séquences de son interviews, sorties de leur contexte : « Je vous garantis, si vous lisez complètement l’article dans Vulture, il n’y a aucun moyen pour une élève de troisième année de ne pas comprendre ce que je voulais dire. Mais si vous n’avez pas continué à lire, vous ne le ferez pas. Je vous demandera de le lire à nouveau » a répondu Erykah Badu.

Après Kanye West qui argumente son soutien à Donald Trump, aujourd’hui,  c’est Erykah Badu qui est la cible des internautes.

 

Calme et sereine, l’artiste a sorti le 26 février dernier, son nouvel album Nu AmErykah, le jour du Savior’s Day, une des principales fêtes de la Nation of Islam.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy


ImagesBlackZoneNews/Breitbart/Haaretz/Jazzinfo/Vulture