Esclavage : Les Afro-américains attendent des réparations, les législateurs républicains refusent cette idée

Le débat sur les réparations a été relancé cette semaine à l’approche des primaires présidentielles aux Etats Unis. Une opportunité que saisi bon nombre de Noirs américains pour se faire entendre sur la scène politique. Au Sénat américain, des législateurs ont écouté des témoignages passionnés sur l’idée d’octroyer une compensation aux Afro-Américains dont les ancêtres esclaves ont été durement touchés pendant des générations.

Ta-Nehisi Coates et Danny Glover

Comme Cory Booker ou Sheila Jackson Lee, l’acteur, producteur et militant Danny Glover connu pour son activisme communautaire s’est exprimé devant un jury  pour que la question de la réparation soit de nouveau débattu dans la société américaine. Car, affirme Danny Glover, réparer, permettrait d’atténuer  « les dommages causés par l’esclavage et les politiques d’exclusion raciale forcée ».

Joe Biden (Parti Démocrate)

Si les démocrates soutiennent le projet de loi et l’idée de la réparation en général, une enquête de l’institut de sondage Marist Poll, réalisée en 2016, révèle que  68% des Américains estiment que les États-Unis ne devraient pas rembourser les descendants d’esclaves. L’analyse des chiffres montre que 81% des Américains blancs et 35% des Américains noirs étaient défavorables à une demande de réparations.

Mardi 18 juin 2019, le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell a expliqué  lors d’une conférence de presse qu’il ne soutenait pas les réparations pour les descendants d’esclaves. Une question sur laquelle le comité judiciaire de la Chambre tiendra cette semaine sa première audience depuis 10 ans.

« Je ne pense pas que la réparation de quelque chose qui se soit produit il y a 150 ans et pour laquelle personne ne vivant actuellement ne soit responsable soit une bonne idée » a déclaré Mitch McConnell. « Nous avons essayé de lutter contre cette faute originelle en adoptant une loi historique sur les droits civils. Nous avons élu un président afro-américain, Barack Obama. »

Mitch McConnell au chef de la majorité au Sénat (Parti Républicain)

«Personne actuellement en vie n’est responsable de cela, et je ne pense pas que nous devrions essayer de trouver un moyen de compenser cela. Tout d’abord, il serait assez difficile de savoir qui dédommager. … Non, je ne pense pas que les réparations soient une bonne idée » a poursuivi Mitch McConnell.

Mercredi, la sous-commission judiciaire de la Chambre chargée de la Constitution, des Droits civils et des Libertés civiles a tenu audience sur le thème : « L’héritage de la traite négrière transatlantique, son impact continu sur la communauté et la voie à suivre et la justice réparatrice. »

«Il est impossible d’imaginer l’Amérique sans l’héritage de l’esclavage», a déclaré au comité judiciaire de la Chambre l’écrivain Ta-Nehisi Coates, auteur d’un essai publié en 2014, qui plaide en faveur des réparations. « Pendant un siècle après la guerre civile, les Noirs ont été soumis à une campagne de terreur sans relâche », a ajouté M. Coates. « Les victimes de ce pillage sont très vivantes aujourd’hui. »

Les réparations sont devenues un sujet de débat dans la primaire présidentielle démocrate, avec plusieurs candidats qui se positionnent pour 2020, dont les sénateurs Kamala Harris, Beto O’Rourke et Bernie Sanders. Cependant, dans un Sénat contrôlé par le Parti Républicain (GOP), les chances d’un projet de loi déplacé semblent peu probables.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy – Images pbs.oRG