Espace Camille Darsières : Action en justice du Maire de Fort-de-France pour excès de pouvoir

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

C’est un véritable bras de fer qui a lieu entre la CTM et la ville de Fort de France concernant l’Espace Camille Darsières.

La Collectivité Territoriale de Martinique, souhaite récupérer les locaux de l’Espace Camille que la ville de Fort de France utilise pour les activités du SERMAC.

Pour Daniel Marie-Sainte cette occupation par la mairie de Fort de France est illégale .

OCCUPATION ILLEGALE DE L’ANCIEN PALAIS DE JUSTICE DE FORT DE FRANCE :
Le plus étonnant, voire choquant, c’est que l’occupant désormais « sans titre », s’oppose à la venue sur le site de l’ancien Palais de Justice de Fort de France de techniciens du Cabinet-expert agréé que la CTM (propriétaire légal des bâtiments) a commandités pour y effectuer la RAAT (Recherche d’amiante avant travaux) Cette opération est imposée par la Loi à tout propriétaire de bâtiments !

Tout le monde sait que le probabilité de présence d’amiante dans les bâtiments anciens, de plus d’une quinzaine d’années, est très grande !
Les responsables de l’édilité foyalaise savent, sans doute, que faire courir aux nombreux stagiaires et à leurs formateurs qui fréquentent le site, le risque probable d’être empoisonnés par l’amiante, est une attitude irresponsable, voire illégale !!!

Dans un communiqué, Didier LAGUERRE, indique :

Maire de la Ville de Fort-de-France informe la population que l’Assemblée de la Collectivité Territoriale a voté la délibération n°19-211-1, le 21 mai 2019, autorisant l’abandon du principe de la cession de l’immeuble de l’ex Palais de justice (aujourd’hui Espace Camille Darsières) à la Ville de Fort-de-France.

Une action en justice de la collectivité municipale a été engagée auprès du Tribunal administratif le 9 août 2019 contre cette décision.

Dans ce recours pour excès de pouvoir devant le Tribunal administratif, le Maire de Fort-de-France demande l’annulation de cette délibération de la CTM.

Par conséquent, le Maire s’opposera par tous les moyens à toute démarche de la Collectivité Territoriale de la Martinique visant à ne pas transférer l’ex Palais de justice dans le patrimoine de la Collectivité municipale, conformément à la décision co-construite et approuvée par tous, datant de 2005.