Euzhan Palcy, femme engagée dans le cinéma et marraine des #LetsALLconnect 

Vues : 521

Rencontre dans les rues de Cannes avec la réalisatrice martiniquaise Euzhan Palcy.

20160521_140935

Samedi 21 mai, veille de la fête de la commémoration de l’esclavage, le « 22 mai », en Martinique, il est 15 heures à l’entrée de l’hôtel du Carlton à Cannes. De jeunes antillais et leurs amis en grande tenue sont en discussion. Ils préparent une manifestation, celle de « la Paix et de l’Unité« . Une marche symbolique, du Carlton à l’hôtel Martinez.
Ces jeunes ont rendez-vous avec leur marraine commune, la réalisatrice martiniquaise Euzhan Palcy. L’invitée spéciale de la Semaine du Cinéma Positif à Cannes, explique pourquoi elle adhère à ce mouvement et comment elle s’organise avec le groupe de jeunes hommes, ici à Cannes.

20160521_151350

La réalisatrice Euzhan Palcy est au Festival depuis le début de la semaine, conviée par jacques Attali, le Président de la Semaine du Cinéma Positif. Très sollicitée, la réalisatrice martiniquaise a participé à différents débats comme celui de mercredi 18, ayant pour thème « Le cinéma et l’individu ».

20160521_154605

Pour cette première édition, elle était en compétition pour le Prix d’Honneur face au film de Charlie Chapin, « le Dictateur ».  C’est elle, réalisatrice de « Rue Cases Nègres », ‘D’une Saison Blanche et Sèche » (film programmé le jeudi 19 mai au Théâtre Alexandre III) qui a été choisie pour le Grand Prix d’Honneur. Jeudi soir, lors du Dîner de Gala, son Prix  lui a été remis par le créateur de l’événement Jacques Attali.

20160521_151342

Questionnée sur les films des régions d’outre-mer,  des Antilles, de la Guyane ou de la Réunion, elle répond dans un souffle que le monde du cinéma n’est pas simple. Question de visibilité, elle en est consciente. Sa force, Euzhan Palcy la nourrit des conseils de ses aînés. Euzhan Palcy  fait souvent référence au Poète et homme politique martiniquais, Aimé Césaire : « Il faut arrêter d’être comme des assistés, il faut se battre comme de vaillants soldats et ne pas avoir peur de mettre ses mains dans le cambouis !  » (Extrait à écouter en fin d’article).

euzhan-palcy

C’est également cette ambition et la volonté des jeunes du #LetsALLconnect, qui ont séduit la réalisatrice.
Les 2 fondateurs, Manuel Frederick et Andrew Tisba se sont baptisés les #LetsALLconnect. Ils sont antillais et métropolitains. Ils ont lancé ce mouvement pour la Paix et l’Unité. Selon la marraine du mouvement, ces jeunes « ne veulent pas rester les bras croisés, sans bouger, alors que le monde se transforme ». Une planète bouleversée par les guerres, les épidémies, les catastrophes. « Ils ont eu le courage de mettre en place ce groupe, qu’ils ont créé car ils veulent aller jusqu’au bout de leurs rêves ».

13275552_1783467405221420_1607716367_o

Leur objectif :  « provoquer » le contact et « ramener » la Paix. Ce discours pourrait prêter à sourire, mais Euzhan Palcy y croit, et malgré ses contraintes professionnelles, la réalisatrice a prolongé son temps, consacré au Festival, pour soutenir le jeune groupe qui se mobilise pour la Paix : les #LetsALLconnect.

20160522_024821

Ce jeune groupe arc-en-ciel réalise des actions concrètes et leur marraine détaille comment les #LetsALLconnect utilise l’image du Selfie comme un étendard de la Paix. Une idée toute simple, il suffit de se donner la main en se photographiant et de le reposter. « Le défi est aujourd’hui de dépasser les milliers de selfies postés, pour atteindre le million ». La deuxième action se fait dans la sphère publique, il s’agit alors de faire une chaîne humaine de connectivité. Cette chaîne se forme en croisant les bras et en ouvrant les mains pour les donner à une autre personne qui reproduit le même geste jusqu’à l’infini.

13221169_10153217846852255_8331373082654904411_o

Troisième action, c’est le #LetsALconnect Palm to Palm, qui veut dire en français connectons-nous de paume à paume (de la main).
Des actions visibles à Paris au pied de la Tour Eiffel, ou à New-York à Time Square plus de 200 personnes se sont connectées. Il y a deux semaines les #LetsALLconnect étaient à Bruxelles, sur la place de la Bourse, où plusieurs personnes sont mortes suite aux attentats terroristes du 22 mars dernier. Cette fois, 500 connexions sont faites, entre des seniors, des enfants, des adultes, des jeunes, des femmes voilées ou pas. C’est un mouvement apolitique insiste la marraine du mouvement. Il ouvre ses portes à toutes les races, les communautés, les peuples et les religions. Aujourd’hui, cette action est dans les rues et les stars, comme tous les autres citoyens adhérent au #LetsALLconnect.

20160521_142525

L’interpellant sur le 69ème Festival de Cannes, elle répond sans fards, qu’elle est à Cannes pour recevoir un Prix d’Honneur, celui de la Fondation Positive Planet. Elle se réjouit d’ailleurs de la création de cette première semaine du cinéma positif qui donne de la visibilité à certains films qui ne sont pas dans le Grand Festival. Ce sont des films de combats, ce ne sont pas des fictions, ce sont des films qui parlent de la vraie vie. Euzhan Palcy souhaite bonne chance au Festival de Cannes qui clôture sa 69 édition demain soir, avec la remise de la Palme d’Or.

20160521_152510

Ecoutez Euzhan Palcy, elle est à Cannes pour la première édition de la semaine du Cinéma Positif, invitée par le Président de ce Festival, Jacques Attali. La martiniquaise a reçu le Grand Prix d’Honneur de ce Festival qui se tient en Off. La réalisatrice est interrogée par Dorothée Audibert-Champenois, sur le Cinéma antillais peu représenté aux sélections officielles du Festival de Cannes.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois – Photos Dothy A-Ch/P. Aglaé