Fabrication de 4 000 masques pour le CHUM : Un appel porté par l’artiste Jocelyne Béroard

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : , ,

Face à la pénurie d’équipements et matériels de santé (masques, solutions hydroalcooliques, surblouses, gants…) dont pâtit le Centre Hospitalier Universitaire de Martinique (CHUM), la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) mobilise les couturiers.eres pour fabriquer 4 000 masques en urgence.

La CMA répond ainsi à l’appel de la direction de l’établissement de santé en s’appuyant sur le Groupement des Artisans d’Art de Martinique (GAAM), l’organisation professionnelle des stylistes-modélistes. Cet appel est porté par l’artiste Jocelyne Béroard qui, dès le départ, s’est sentie concernée par la protection des personnels hospitaliers en première ligne dans la lutte contre l’épidémie.

7 jours pour fabriquer 4000 masques 
La CMA et le GAAM se sont lancés le défi de fournir, en urgence, aux responsables du CHUM 4 000 masques respectant strictement les normes en vigueur pour des maques de substitution. Ces masques serviront à protéger les personnels non soignants du CHUM (personnels d’accueil, logistique, technique et administratif). La production devrait durer 7 jours.

Un masque lavable, réutilisable et efficace 
Le masque, en tissu lavable et réutilisable, a pour fonction essentielle d’éviter la transmission de gouttelettes ou éléments de la sphère nasopharyngée.
Il présente un niveau de filtration équivalent aux masques chirurgicaux répondant à la norme EN 14683, mais permettant une réutilisation (jusqu’à 15 lavages en machine).
Rappelons que la propagation du COVID-19 est principalement basée sur la transmission ou le dépôt de gouttelettes émises par un sujet contaminé, qui sédimentent rapidement sur les surfaces, généralement de taille supérieure à 5 μm.

Pour participer à cette opération, il est demandé aux artisan.es de s’engager à respecter un protocole sanitaire très strict, comme la désinfection de l’espace de travail dédié exclusivement à cette activité ou encore le port obligatoire de blouses ou combinaison, charlottes, masques.

L’artiste martiniquaise Jocelyne Béroard prête sa voix

La charismatique chanteuse s’est portée volontaire pour relayer et amplifier l’appel à mobilisation aux professionnel. les de la couture. Les organisateurs misent sur sa notoriété et son capital sympathie pour sensibiliser les couturiers.eres.

« Zot sav la maniè man enmen péyi nou, Martinik.
C’est la raison pour laquelle je tiens à relayer cet appel du CHU, du Groupement des
Artisans d’Art de Martinique et de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat.
Puisqu’il s’agit bien d’une guerre, en ce moment, des artisanes et des artisans fabriquent sans relâche des masques pour la 2e ligne de front… pour qu’elle se protège.
Aujourd’hui, il nous faut 4 000 masques, et plus même, pour le personnel du CHU ! Nous avons donc urgemment besoin de mains supplémentaires ! J’invite les artisanes et les artisans de la couture à se mobiliser pour la fabrication de masques homologués. Cette fabrication suit un protocole très strict.

Vous connaissez des couturières et des couturiers ? Passez leur ce message.
Vous êtes couturière ; vous voulez vous agir ?

Contactez : 0696 74 96 54 ou envoyez un mail à solidaritemasque972@gmail.com.
Merci pour votre dévouement. Merci de participer à la protection de tous ceux qui vivent à la Martinique, dans notre Martinique. »