Fatou cuisine l’hibiscus et le tamarin pour son Bissap et ses boissons maliennes

Vues : 532

L’hibiscus a été le thème du Salon de la Gastronomie 2018, mais c’est aussi la fleur tropicale favorite de la malienne Fatou qui proposait aux visiteurs du Salon culinaire, des dégustations de son Bissap à base d’hibiscus, fait maison.

Elle nous livre sa recette traditionnelle, comme faisait sa famille au Pays.

Ce clin d’œil vers les Antilles et l’île de la Réunion, Fatoumata Kouyate de Bamako, le traduit ainsi : « Nous avons les mêmes racines (sanguines) et nous utilisons les mêmes plantes que nous appelons et que nous cuisinons différemment ». Comme ses ancêtres, Fatou a retenu précieusement les ingrédients de sa recette traditionnelle qu’elle vend dans sa société comme auto-entrepreneuse. Il ne suffit pas de vendre : « J’éduque à ma façon les clients, je leur montre tous les produits naturels qui sont nécessaires à mes réalisations » insiste Fatou.

Aujourd’hui, Fatoumata partage son Bissap malien. C’est avec la fleur d’hibiscus, qui est aussi utilisée en Egypte, en Afrique et qui pousse dans la Caraïbe que la malienne Fatou fabrique cette boisson très prisée sur le Salon de la Gastronomie des Outre-Mer, ce dimanche 4 février 2018.

La chef d’entreprise a ramené du gingembre et du N’tomi en Bambara, c’est-à-dire le tamarin antillais, qu’elle mélange aux fleurs d’hibiscus macérées. Une boisson qui se gardeau frais ! (Recette du Bissap en fin d’article)

Le thiakry ou dégué est un dessert à base de yaourt (traditionnellement de lait caillé) et de couscous de mil ou millet, qui se déguste très frais. Fatou nous donne la recette du Dégué que j’ai goûté. Il faut donc : Une cuillère à soupe de millet à tremper dans de l’eau, pour que les grains gonflent. On rajoute ensuite,  différents laits selon ses goûts, précise Fatou, puis on aromatise l’ensemble avec des gouttes de vanille.

Fatou est née au Mali dans le quartier de Dar-Salam, dans le district de Bamako. Elle a 7 ans lorsque ses parents débarquent à Paris. La petite fille cuisine, comme tous les enfants africains de son âge. Debout dès l’aurore, la fillette accompagne ses parents dans les travaux de cuisine. Bercée par les odeurs et les saveurs de la cuisine traditionnelle, Fatou, autodidacte en cuisine, est devenue une passionnée de la cuisine d’antan.

Son activité de traiteur qu’elle a créée, l’épanouie : « Je suis ravie quand les personnes que je nourris sont satisfaites ».

Sa fille l’observe et sourit. Fatoumata Kouyate (juriste de profession), est une femme généreuse, une africaine qui transmets et perpétue les traditions culinaires du Mali en toute simplicité.

Recette du Bissap : Fleurs hibiscus, Fleurs d oranger, Eau, Sucre, Vanille, jus de tamarin qui est aussi appelé N’Tomi dji ou Dakhar qu’on trouve un peu partout en Afrique de l’Ouest, au Sénégal, Mali ou en Côte d’Ivoire.

Le tamarin : Originaire d’Afrique est le fruit de l’arbre roi. L’Arbre sacré des traditions Bambaras, qui symbolise la multiplicité et le renouvellement. (Fatoumata Kouyate)

Fatoumata Kouyate sur la diversité culturelle qu’elle transmet à travers sa cuisine :

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy

Images C’news Actus Dothy