Femme universelle, femme antillaise, Ingrid Jean-Baptiste Ruotolo est : « Fière d’incarner La diversité»

 « Je suis fière d’incarner La diversité ». Ingrid Jean-Baptiste Ruotolo, émue et touchée de son prestigieux Prix reçu au début de l’année 2017, a commenté presque en larmes cette récompense qui valorise un parcours prometteur.

Mardi 7 mars 2017, réunies au Ministère des Affaires Etrangères, Ingrid Jean-Baptiste Ruotolo, sa mère, Sonia Jean-Baptiste sa tante et sa grand-mère, Marie-Thérèse Joseph, 84 ans ont participé à la remise des trophées des français de l’Etranger. Dans la salle, étaient présents entre autres, Matthias Fekl, Secrétaire d’État chargé des Français de l’Etranger et Hervé Heyraud, le fondateur du PetitJournal.com.

Aux Trophées des Français de l’Etranger, ce soir-là, la jeune martiniquaise chaleureusement applaudie, décroche le Prix du Public grâce à une grosse mobilisation d’internautes. Ce Prix du Public récompense carrière d’envergure pour la jeune antillaise, souligne cette volonté farouche d’entreprendre quelque soit les difficultés. Ingrid Jean-Baptiste Ruotolo incarne la diversité mais est une femme du monde, elle sait l’importance de ne pas s’asphyxier en se refermant sur ses origines.

Sa jovialité, son amour universel des autres et ses compétences lui ouvrent toutes les portes.

Ni activiste, ni militante politique mais résolue à créer pour valoriser le travail de ses partenaires ou des personnes qu’elle croise lors de ses rencontres.

En tandem avec sa mère, Sonia Jean-Baptiste, elles ont réussi à fonder le Festival de Chelsea à New York. Après cinq ans d’existence, là où certains auraient baisser les bras, elles ont par leur audace, leur exigence et leur détermination, pérenniser ce Festival.

Aujourd’hui, Ingrid Jean-Baptiste Ruotolo, star du Festival de Cannes, dont elle ne rate aucune édition, est aussi actrice, elle défend son dernier rôle dans le film « Goyave » du martiniquais Neneb. Un court-métrage produit par Christophe Agelan.

Avisée et intuitive, la métisse antillaise s’assure avec son équipe que les programmations cinématographiques du Chelsea Film Festival sont de qualité et reflètent le monde qui nous entoure dans sa diversité mais aussi dans son universalité.

Soyons fières de la martiniquaise Ingrid Jean-Baptiste Ruotolo.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news actus Dothy


Images exclusives C’news Actus Dothy (Ministère) et Chelsea CFF