Fespaco 2019 : Les cérémonies de lancement du Festival Panafricain (Ouverture officielle et Libation)

Place des Cinéastes ce dimanche 23 Février 2019 à Ouagadougou. Quadrillage et surveillance renforcés dans le centre ville, drone au dessus du lieu de rendez-vous, sur la Place des Cinéastes, la sécurité du Fespaco était encore assurée pour cet nouvel hommage prévu en ce début de Festival. Comme il est d’usage tous les deux ans, la cérémonie de Libation, ce moment clé du Festival du Cinéma de Ouagadougou se déroule autour du monument qui représente les métiers du cinéma. Était convié la presse du monde entier, allemande, belge, anglaise, africaine et antillaise.

Cette rencontre coutumière donne le coup d’envoi de la semaine consacrée au septième Art dans toute l’Afrique. Mais pour cette nouvelle édition, cette cérémonie a revêtu ce dimanche un caractère exceptionnel. 2019 étant la célébration du cinquantième anniversaire du Fespaco.

La veille au stade municipal Issoufou Joseph Conombo, des milliers de burkinabès et touristes ont assisté à l’ouverture officielle du Festival. Autour du Chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré , du Ministre de la Culture, AlbDoul Karim Sango, des représentants du Fespaco, Souleman Ouedraogo, Yacouba Troaré, Ardiouma Soma, et des doyens du Festival, des délégations camerounaises, rwandaises, ivoiriennes, ont participé au lancement de la 26éme édition du Fespaco. Entre discours et spectacles, la cérémonie aura duré plus de deux heures.

Une après-midi de festivités qui s’est terminée en début de soirée par un feu d’artifice, la célébration du cinquantenaire du Festival de Ouagadougou pouvait dès lors commencer. La compétition qui désignera le Grand Prix de l’Étalon d’Or de Kennenga est ouverte jusqu’au samedi 2 mars 2019.

Pour s’assurer des bons présages, les rites sont respectés à chaque Festival, c’est le temps des hommages aux pionniers du Fespaco. Dimanche, très tôt, Ils étaient tous à la Place des Cinéastes à quelques mètres de la radio municipale de Ouagadougou. La Libation rappelle le travail des premiers fondateurs et honore la mémoire de grands cinéastes africains, lauréats de l’Étalon d’Or de Kennenga, aujourd’hui disparus. Pour les doyens du Fespaco Alimata Salambéré, Timité Bamorie, Jean-Pierre Dikongué Pipa, c’est un moyen de montrer leur reconnaissance aux disparus.

Le monument des cinéaste se trouvant face au siège du premier fesitval, Alimata Salambéré a marqué son discours d’émotion en se souvenant de son histoire liée à la création du Fespaco.


Tout comme les décideurs, organisateurs et personnel du Festival, les journalistes, invités et professionnels du cinéma ont, main dans la main, fait une ronde du souvenir. Sous le son des tambours les affiches des réalisateurs primés depuis une cinquantaine d’années ont été dressés tout en respectant une minute de silence pour les disparus.

A l’instar de Gaston Kabore, une nouvelle statue était dévoilée ce dimanche matin, celui de Jean-Pierre Dikongué Pipa. Le réalisateur camerounais était la vedette de cette matinée de Libation.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy

    Images C’news Actus Dothy