Festival de Cannes : Erika Saint-Juste, une caribéenne femme de chambre et mannequin « Vivre à Cannes, c’est que du bonheur ! »

Elle s’occupe de clients du monde entier, voit défiler des stars planétaires, range les chambres de vedettes internationales. Erika est fière de son travail qu’elle fait consciencieusement dans l’un des plus chics 5 étoiles de Cannes. Durant le Festival, le travail est double mais qu’importe, Erika Saint-Juste vit dans la ville du Cinéma, la ville de Cannes.

Vendredi 24 mai 2019, veille de clôture du 72ème Festival de Cinéma à Cannes, Erika doit s’occuper « d’un gros client » , la maison Channel s’installe sur la Croisette, quelques jours avant la fin du Festival l’un des événements le plus emblématique de Cannes.

Erika habite à Cannes participe à de nombreuses rencontres culturelles comme le Festival du Film Panafricain de Cannes, qui se déroule chaque année au mois d’avril : « C’est un plaisir pour moi de suivre le Festival Panafricain. Je soutiens l’action de Basile Nguangue Ebelle qui a créé ce festival depuis une dizaine d’années. Les films projetés au Festival m’intéressent car ce sont des problématiques qui me concernent. Qu’ils soient africains ou antillais, les sujets des films décrivent nos histoires. »

Erika Saint-Juste n’est ni actrice, ni réalisatrice, ni productrice, sa vie se déroule loin des plateaux de cinéma même si elle voit défiler de nombreuses vedettes sur les tapis rouges. La caribéenne, heureuse d’habiter sur la Côte d’Azur est femme de chambre à Cannes, mais aussi mannequin pour une créatrice de mode d’origine antillaise.

Née en République Dominicaine (Grandes Antilles), Erika rejoint l’Espagne puis quitte la péninsule espagnole pour Paris, le temps d’un bref séjour chez une tante, elle descend vers le Sud. La caribéenne s’installe à Cannes avec ses enfants, la ville est attrayante et le climat rappelle celui des Antilles. Mais la jeune femme n’a ni travail, peu d’argent, peu de contacts et se retrouve sans famille. Très vite Erika trouve des petits boulots.

« Quand je suis arrivée à Cannes avec mes enfants, c’était très dur pour moi. Je n’avais pas de maison, je n’avais pas d’argent et j’ai réussi à faire ma place » explique doucement Erika. En me posant à Cannes, je n’étais pas encore mannequin j’ai commencé à travailler comme femme de chambre. Ensuite, à ma grande surprise, j’ai été embauchée dans un grand Hôtel, « Le Majestic » à Cannes, un des plus beaux hôtels au monde. Même si j’ai un petit boulot au « Majestic », je suis tellement fière ! ».

Erika Saint-Juste maman de 4 enfants se lève tôt. Depuis  le 5 août 2016, date de son embauche, tous les jours de 7h30 à 14h30 elle est au Majestic Barrière, un hôtel cinq étoile au centre ville de Cannes.

Vivre à Cannes, la ville du Cinéma, c’est un choix : « Pour moi c’est une fierté d’être à Cannes, c’est une ville tout à fait extraordinaire, les tapis rouges pendant les Festival de cinéma, c’est magnifique. J’ai grandi en République Dominicaine et être aujourd’hui à Cannes c’est un rêve. J’ai trouvé ma place, je suis heureuse. Ce n’est pas facile de s’adapter, de croiser le regard des autres, de trouver du travail, de se lever si tôt, la famille est absente. La vie est si différente. »

Son autre projet prend également forme, Erika, grande, fine et élancée, a tout d’un mannequin : « J’ai défilé à Cannes, à Nice, à Paris mais c’est toujours en portant des créations en Wax. Cette année je vais signer un contrat avec Laure Bodin, une grande styliste qui est à Nice. Nous irons à Dakar, à Londres pour ses prochains défilés. »

Erika Saint-Juste, heureuse d’évoluer dans la mode explique : « C’est un métier que j’adore depuis ma jeunesse. Défilé avec des tenues en Wax, c’est tout simplement magnifique. J’adore le public, j’adore le contact avec les gens. »

Être à Cannes c’est que du bonheur !

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Crédit Photos C’news Actus Photos