Festival de Cannes : Une productrice au Pavillon africain «Je suis très attentive à la cohésion des groupes»

Virginie Gaydu est productrice au sein de Solange production et Epuar, une société créée à l’époque du Lycée entre amis passionnés de cinéma. Au début l’association réalisait des clips, des courts métrages avant de se transformer il y a huit ans en société. De petits projets aux longs métrages de fiction, aujourd’hui la structure toujours sous le nom d’Epuar loue entre autres, ses services aux Films d’Ici, l’une des plus importantes sociétés de productions françaises.

Pour avoir un vrai métier, Virginie Gaydu fait tout d’abord des études d’économie, de langues et de civilisation japonaise. Puis enchaîne quelques temps plus tard, dans une école de commerce, dans le but de faire carrière dans la gestion d’Entreprise. Mais les aléas professionnels vont modifier ses objectifs et la jeune fille se professionnalise avec audace dans le secteur de l’image. Elle réussit ses challenges et devient une directrice de production en titre.

Sans formation spécifique dans le domaine de l’audiovisuel, Virginie Gaydu se révèle être une experte dans son secteur : « Je connais très bien les différents métiers et je sais si un projet peut aboutir et avec quelle équipe. J’ai comme mission de tout faire pour que tout se passe bien, je suis très attentive à la cohésion des groupes, ceux des comédiens comme des techniciens ».

Et la directrice de production n’est pas prête de regretter ses choix : « Si c’était à refaire, je prendrais le même chemin » explique en substance la guadeloupéenne. Sans le carcan des codes, la jeune femme dirige ses équipes selon ses convictions et  son envie de changer les mentalités.

Femme métisse, sa mère est normande, son père de la Guadeloupe, Virginie Gaydu a grandi à Clayes sous Bois dans les Hauts-de-Seine,  à Clichy la Garenne dans le 92, puis  à Paris dans le 20eme, aujourd’hui, la jeune productrice vit en Seine-Saint-Denis dans la ville de Montreuil. Les débats autour de la visibilité des minorités, sont aussi les siens mais la jeune femme reste convaincue qu’elle peut déplacer les curseurs : « Il y a pleins de clichés qu’il faut abolir, il faut garder la tête froide quoiqu’il arrive. Il ne faut rien abandonner. Les talents sont là, les auteurs aussi, les réalisateurs, les réalisatrices sont là, c’est encore compliqué mai je reste confiante dans l’avenir ».

Former, partager et transmettre leur savoir à la nouvelle génération , une des prérogatives de Virginie Gaydu : « Nous réfléchissons tous à cette question et nous sommes certains que ces dossiers vont évoluer dans la bonne direction, pour que les jeunes antillais bénéficient de formations adaptées, même s’il y a déjà des écoles aux Antilles qui dispensent un enseignement de qualité ».

En conclusion, Virginie exhorte réalisateurs et producteurs à produire un peu plus sur les terres antillaises : « Aux Antilles, nous avons de magnifiques décors naturels, des endroits formidables pour raconter des histoires. Il faut permettre aux professionnels d’écrire ces bonnes histoires, il faut les fabriquer, il faut permettre leurs diffusions et qu’elles puissent se vendre, hors de leurs propres territoires».

En chœur, les réalisateurs comme les producteurs alertent sur une carence évidente des circuits de distribution, presqu’invisibles : «Oui, peut-être qu’on fait des projets totalement antillais mais cela ne veut pas dire que ces films ne plairont pas au monde entier. Il faut s’interroger dans ce sens : comment on ouvre des canaux qui permettent à ces réalisations de circuler le plus possible et laisser la possibilité au public d’avoir accès à ces films ».

Virginie Gaydu a arrêté sa collaboration au sein des Films d’Ici pour se consacrer à d’importants projets qu’elle souhaite développer. La guadeloupéenne est actuellement productrice chez Epuar et Solange Production.

Virginie Gaydu, directrice de production (C'news Actus Dothy)

FESTIVAL DE CANNES 2019 : Après une période de chômage, Virginie Gaydu super diplômée en gestion d'entreprise, saute le pas et continue ce qu'elle sait très bien faire en milieu associatif. Hors du circuit classique, elle s'impose et défend ses convictions. Reportage Dorothée Audibert-Champenois C'news Actus Dothy Virginie Gaydu Virginie Gaydu PLUS D'INFOS => https://www.people-bokay.com/festival-de-cannes-une-productrice-au-pavillon-africain-je-suis-tres-attentive-a-la-cohesion-des-groupes/?

Publiée par Antillesboxmail – Dothy sur Vendredi 24 mai 2019

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy – Crédit photos C’news Actus Dothy