Fort-de-France : Un programme pour aménager la ville et poursuivre la rénovation urbaine

Vues : 536

Au cours des 30 dernières années, un important travail de transformation des quartiers de Fort-de-France a été engagé, notamment dans les domaines de l’urbanisme, de l’habitat, du social, de l’action culturelle mais aussi de la redynamisation économique.

Le 1er Programme de Développement et de Rénovation Urbaine (PDRU) a permis à la Ville de réaliser de nombreux aménagements urbains, notamment : la Savane, le Malecon, les abords du centre commercial Perrinon, et des opérations de logements sociaux, etc.

Véritable laboratoire de la politique de la Ville en Martinique, la Ville de Fort-de-France a été retenue pour le 2nd programme intitulé : Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU).

Aussi, ce Jeudi 26 Avril 2018, le Maire, Didier LAGUERRE a accueilli sur le territoire foyalais le Directeur opérationnel de l’ANRU, Benoit ZELLER, la Cheffe du bureau de l’écologie, du logement, du développement et de l’aménagement durables du Ministère de l’Outre Mer, Marie-Laurence TEIL.

« Renforcer l’attractivité de la Ville Capitale, poursuivre la transformation des quartiers, faire de Fort-de-France une Ville Solidaire en mobilisant des forces vives telles que les conseils citoyens, autour des enjeux sociaux majeurs pour l’avenir, motivent mon action politique » a exprimé le Maire, lors de la visite préalable dans les rues de la Ville.

Un point d’étape important a marqué cette journée : la signature du protocole de préfiguration du NPNRU, lors du Comité de pilotage (COPIL) rassemblant les partenaires et opérateurs et introduit par le Président du GIP, Frantz THODIARD.

Benoit ZELLER s’est dit ému de se trouver à Fort-de-France et a rassuré le Maire en lui confirmant que l’ANRU trouverait des solutions opérationnelles pour accompagner au mieux les efforts de la Ville Capitale.

Le Maire a conclu ce COPIL en remerciant les différents partenaires, la CACEM, représentée l’un de ses vice-président Monsieur David ZOBDA, les opérateurs et les Conseils citoyens, entre autres, en insistant sur la nécessité de toujours associer les habitants des quartiers à toutes les étapes des projets qui les concernent directement.