France-Antilles Guadeloupe retire sa Une qui a déclenché une véritable tempête chez ses lecteurs

Le choix de la Une du quotidien de la Guadeloupe a provoqué de très grosses vagues.
En ce mercredi 3 février, France-Antilles Guadeloupe titrait « L’homosexuel préférait les petits garçons ». Une référence à la condamnation par le tribunal correctionnel d’un homme, à trois ans et demi de prison ferme pour des actes pédocriminels. Mais c’est l’orientation sexuelle du prévenu mise en avant par le quotidien régional qui a mis le feu aux poudres et l’affaire a largement dépassé les frontières de la Guadeloupe.

Plusieurs militants LGBTI sont montés au créneau pour dénoncer cette Une et réclamer qu’elle soit changée. “Merci de retirer cet amalgame abject entre homosexualité et pédocriminalité et de présenter vos excuses”, réclamait le compte Twitter @ParisPasRose.
Auriez vous titré « L’hétérosexuel préférait les petites filles ??? demandait encore ce compte Twitter.

Les associations LGBT+ locales et nationales sont montées au créneau ce mercredi 3 février contre la Une du quotidien France-Antilles Guadeloupe.

SOS Homophobie dénonce cet amalgame en ces termes : « Si faire l’amalgame entre une orientation sexuelle et un crime ne vous choque pas, on vous conseille d’aller consulter le kit de l’@ajlgbt à destination des journalistes ».

« Cet amalgame, inadmissible de la part de l’unique journal d’information quotidien de nos deux lies, est irresponsable dans nos pays où l’homophobie fait des victimes tous les jours. Faut-il encore rappeler que des personnes LGBT subissent des agressions, des tentatives de meurtre, du harcèlement scolaire, sont expulsés de chez leurs parents, pour le seul motif de leur orientation amoureuse » écrit Kap Karaïbe, association, qui oeuvre contre les discriminations et pour la dignité humaine des personnes LGBT en Martinique et en Guadeloupe.

Le député de la première circonscription de Guyane, Gabriel Serville a également réagi. Sur Twitter, le parlementaire se dit choqué. Il rappelle, par le biais d’un rapport d’information déposé en son nom à l’Assemblée nationale, le rôle qu’ont les médias dans la lutte contre les discriminations anti LGBT dans les Outre-mer.

Le Huffington Post s’est aussi emparé de ce dossier et a titré « France-Antilles Guadeloupe » épinglé pour sa Une liant homosexualité et pédocriminalité ».

Finalement, le gros titre de France-Antilles Guadeloupe a été changée dans la journée même et les responsables du quotidien ont présenté des excuses à «  tous ceux qui sont choqués par ce titre ».