France Ô Folies : Nelya une jeune artiste martiniquaise « dénonce » …

Vues : 74

france-o-folies-fort-de-france

Dans notre édition du 27 avril dernier, nous vous faisions état de la frustration de certains internautes quant aux conditions dans lesquelles se seraient déroulées les auditions du concours France Ô Folies destiné à désigner le représentant de la ville de Fort de France au festival Francofolies de la Rochelle.

« Déçue et écœurée » une jeune artiste, Sandra « Nelya » MERKILED, adresse une lettre ouverte pointant  du doigt certains dysfonctionnements qu’elle aurait constater lors des auditions.

Sa démarche n’a rien de personnel et n’est en aucun cas une réclamation précise-t-elle.  « Nous dénonçons le manque de justice et d’impartialité! … le favoritisme dont nous avons été témoins! … le manque de respect envers les artistes et le travail qu’ils ont accompli! … la mise en péril des talents de notre île et des talents à venir! … la médiocrité employée par certains! …  » déclare la jeune artiste.

« LETTRE OUVERTE : Faisant suite à l’organisation des sélections FRANCE Ô FOLIES, pour le choix du représentant de la Ville de Fort-de-France au Festival FRANCOFOLIES de la Rochelle 2014

Dégoûtée, écœurée, de voir notre île brader son avenir au profit d’intérêts personnels, et ce, quelque soit le domaine…

Je suis Nelya (Smy), artiste auteur, interprète et compositeur indépendante martiniquaise.

LES FAITS

Je me suis présentée ce mardi 22 avril 2014 (suite à un report de date limite de dépôt des dossiers, dû au weekend Pascal), auprès des services de la Ville de Fort-de-France, afin de candidater pour la sélection mentionnée plus haut. Après contrôle par un agent, notre dossier a été accepté, répondant à tous les critères fixés par les organisateurs, critères inscrits sur le dossier téléchargeable sur le site internet de la Ville. Nous pouvions donc éventuellement être présélectionnés en tant que groupe de 5 personnes sous la dénomination « NelyAKoustiK »,
et auditionnés le vendredi 25 avril 2014, au centre culturel de Sainte-Thérèse.

Notre groupe est composé comme suit : Cindy HENRY, choriste (20 ans, étudiante sur le Campus des Arts) ; Christophe « Tito » VAILLANT, bassiste (26 ans, musicien en cours de professionnalisation) ; Janick DONATIEN, guitariste (23 ans, assistant architecte) ; Daniel « Joffo » COUFFE, percussionniste (39 ans, chef d’entreprise) ;  Et moi-même, Sandra « Nelya » MERKILED, voix lead (32 ans, Assistante de Direction) ; Soit une moyenne d’âge de 28 ans.

Suite à quoi, j’ai été contactée par téléphone le mercredi 23 avril 2014, par ce même service culturel, afin de prendre connaissance de notre pré sélection, pour l’audition du vendredi suivant à 18h.

Le jeudi 24 avril, j’ai été informée que l’audition aurait finalement lieu au centre culturel de Coridon. Le vendredi 25 avril 2014, nous nous sommes donc présentés un peu avant 18h, afin de participer à cette audition qui aurait du se dérouler devant un jury citoyen (comme annoncé page 1 du dossier de candidature). En effet, nous avons pu constater que seul deux membres du jury étaient des citoyens lambda, et donc nullement tirés au sort.

Parmi les 11 membres du jury : Jocelyne BEROARD, Victor O, Marie-José ALIE (à la direction des auditions), Jérémy EDOUARD, Céline FLERIAG, Alain MARLIN, Sael, Isabelle LAVIOLETTE, Alfred DEFONTIS. Les auditions se sont déroulées sans que qui que ce soit n’annonce aux candidats l’ordre de passage, alors que précédemment nous avions été informés qu’il y aurait un tirage au sort. Restant dans l’attente de plus de précisions, nous avons appris que deux auditions se déroulaient en vidéo conférence via Skype (il est à noter que Jocelyne BEROARD n’était pas encore présente). Les personnes convoquées ont donc commencé leur prestation à tour de rôle, de manière aléatoire. Au fil des passages, nous avons pu constater que plusieurs groupes ne répondaient pas aux conditions requises pour participer.

En se reportant à la page 5 du dossier de candidature fourni, alinéas 2, 3 et 4 : « Être artistes amateurs, jeunes professionnels ou en voie de professionnalisation ; Le groupe est constitué d’un maximum de 6 membres ; Les membres du groupe ont entre 16 et 35 ans au 1er janvier 2014 (attestation parentale obligatoire pour les participants de moins de 18 ans). Une exception peut être accordée pour des groupes dont les
membres ont plus de 35 ans, merci de vous rapprocher de l’organisateur local pour confirmer votre participation. » Daniel COUFFE, notre percussionniste, a pu apercevoir sur le conducteur de l’organisation que nous étions en dixième et dernière position.

Cependant, nous sommes passés en neuvième position, juste avant le dernier groupe, MADINN’K. A la fin de toutes ces auditions, le jury s’est retiré pour délibérer sur la sélection des cinq groupes finalistes. Nous avons décidé de patienter à l’extérieur, comme la majorité des groupes, des agents nous ayant informés que le jury délibérait le soir même. Après environ trois quart d’heure d’attente, les agents de la Ville nous ont précisé que nous serions contactés rapidement par téléphone pour la suite des événements. Par ailleurs, nous avons pu observer le départ anticipé d’un des membres du jury, bien avant la fin des délibérations : Jocelyne BEROARD.

Le samedi 26 avril 2014, j’ai été contacté par un agent de la ville, qui m’informait que notre groupe n’avait pas été retenu. Un peu déçue aux vues des réactions et ressentis observés lors de l’audition, j’ai demandé à mon interlocuteur quels étaient les artistes finalistes.

Il m’a répondu que Maher BEAUROY, Caroline RIVAS, Madoo Nina, et leur groupe respectif étaient sélectionnés. Tout comme MADINN’K et PRINCESS LOVER ! Je n’ai pu alors retenir mes interrogations et incompréhension face à l’annonce de ces deux derniers artistes : Tous les deux sont déjà sous contrats de production/édition/management et donc professionnalisés ;
 MADINN’K comptait 8 membres sur scène ; PRINCESS LOVER est une artiste signée en international (en major) et ne s’est présentée à aucune audition qu’elle soit physique ou virtuelle (il n’y a d’ailleurs aucun détail disponible concernant la composition de sa formation pour ce concours) ; Enfin, les conditions d’âge requises ne sont, me semble-t-il, pas respectées.

Par ailleurs, deux groupes auditionnés ce même jour, mais non retenus parmi les finalistes, comptaient également plus de 6 membres.
Il me semble qu’il aurait été plus approprié d’annoncer : Que les auditions auraient lieu devant un jury de professionnels ; qu’il y avait possibilité de passer ces auditions via vidéo conférence Skype (en effet, certains artistes, étudiants ou en déplacement, auraient alors certainement pu postuler à ce concours).

Outre le fait de la déception du moment, de n’avoir pas atteint le but fixé, c’est d’un mal bien plus grand dont j’exprime les profondeurs aujourd’hui. Ceci n’est en aucun cas un règlement de compte ou un grief personnel. Au risque de paraître naïve, dans notre condition insulaire, la logique ne voudrait-elle pas que l’on tire la couverture pour se recouvrir, mais aussi recouvrir ceux qui nous entourent… ? A fortiori dans les domaines artistiques, où les conditions difficiles sont souvent exacerbées !!!

Les cultures de pays, à côté desquels notre « petite » Martinique est insignifiante, l’ont déjà compris ! Pourquoi nous entêter à poursuivre sur cette route ??? J’ai mal ! Je ne peux concevoir que nous ayons autant pleuré la disparition de notre chantre de la négritude, et que nous n’ayons tiré aucun enseignement de ses écrits pour la prospérité de notre communauté !

PAR CETTE LETTRE, NOUS DENONCONS LE MANQUE DE JUSTICE ET D’IMPARTIALITE !
NOUS DENONCONS LE FAVORITISME DONT NOUS AVONS ETE TEMOINS !
NOUS DENONCONS LE MANQUE DE RESPECT ENVERS LES ARTISTES QUI SE SONT PRESENTES ET LE MANQUE
DE RESPECT DEVANT LE TRAVAIL QU’ILS ONT ACCOMPLI !
NOUS DENONCONS LA MISE EN PERIL DES TALENTS DE NOTRE ÎLE ET DES ARTISTES A VENIR !
NOUS DENONCONS LA MEDIOCRITE EMPLOYEE PAR CERTAINS ALORS MÊME QU’ILS RESTENT DES MODELES
ET EXEMPLES POUR NOTRE JEUNESSE, ALORS MÊME QU’UN MOUVEMENT D’ARTISTES S’ELEVAIENT IL Y A
QUELQUES SEMAINES POUR DENONCER LE MANQUE DE REPRESENTATIVITE DANS LES MEDIAS LOCAUX !
NOUS NOUS INDIGNONS ET NOUS NOUS ENGAGEONS CONTRE CETTE MANIPULATION INDIGNE POUR LA
PASSATION DE NOTRE CULTURE AUX GENERATIONS A VENIR !
QUE LES CHOSES SOIENT CLAIRES : CETTE DEMARCHE N’EST EN AUCUN CAS UNE RECLAMATION, CAR
NOUS NE SOUHAITONS PAS FAIRE PARTIE DE CETTE FUMISTERIE !

Pour faire valoir ce que de droit aux générations futures, Le 27/04/2014 , à Saint-Joseph
Sandra « Nelya » MERKILED / Pour NelyAKoustiK »

Photo : Facebook France Ô Folies

Ailleurs sur le Web

2 commentaires :

  1. tara david

    Je ne peux rester insensible à la déclaration de cette artiste. Ayant également, assisté à cette macabre mascarade je peux vous assurer que ce n’est pas tout faux. Avez vous déjà vu, un membre du jury, donner sa carte à des artistes auditionnées avant même la fin définitive des prestations. Des artistes filmés par l’ équipe de television presente avant ,pendant et après leurs prestations et d’autres pas du tout ni avant, ni pendant, ni après, et retrouver comme hasard les mêmes groupes en final.Non mais arrêtez de prendre les martiniquais pour des idiots. Une chanteuse franco colombienne, vivant depuis 5 ans en martinique est représentative de Fort de France ?
    Merci à madame Beroard, Messieurs Saël et Victor O ,pour leur humilité et leur sincérité. Madame Fleriarg devrait en prendre exemple au lieu d’adopter une attitude qui n’est vraiment pas à la hauteur de son talent.Merci aux agents de la ville et aux membres du jury citoyen qui je pense ont subi en victime tout comme les artistes le revers d’une mascarade. Pour terminer, la direction de la première devrait montrer un peu plus de considération aux artistes qui ont réellement cru que cette démarche d’émergence de nouveaux talents était sincère.

  2. Tara daves

    Bonsoir, je suis totalement d’accord avec les questionnements de cette artiste, mais je vais apporter également quelques nuances. En effet, j’ai assisté à cette funèbre mascarade de concours. Mais, je crois tout de même en la sincérité :

    des agents de Fort de France en charge de la mise en place de ce concours,

    des artistes tels que Jocelyne Béroard, Victor ô, Saël (merci de votre humilité et empathie)

    le jury citoyen

    Je déplore l’attitude lamentable de Madame FLERIAG. (Prenez exemple sur vos collègues)

    Malheureusement, j’ai été moi même de scènes vraiment troublantes pour les artistes évoluant ce soir là. Voir la direction de la première remettre des cartes de visite à certains artistes tout de suite à leur sortie de scène à la vue de tous et retrouver les mêmes artistes en final. Observer que l’équipe de télévision présente ce jour à filmée uniquement avant, pendant certains artistes de manières précises + interviews ; et ne même pas regarder, ni filmer les autres artistes présents ni avant, ni pendant, ni après… le hasard ? alors, si c’est un hasard il paraît très organisé et dicté d’avance, puisque seuls artistes filmés ont été retenus pour la final le 17 Mai. Non !! arrêtez de prendre les gens pour des demeurés ; la direction de la première à déjà fait son choix les autres artistes sont juste les objets d’une manipulation organisée. Sacré Martinique !!

Les commentaires sont fermés