Georges Mauvois : L’au revoir à un grand écrivain et homme politique martiniquais

georges-mauvois

Les préparatifs se poursuivent pour accompagner Georges Mauvois et lui rendre les derniers hommages. L’homme de lettres et homme politique s’est éteint à 96 ans mardi 4 décembre en tout début d’après-midi à l’EHPAD du Carbet. Sa veillée aura lieu dimanche soir 9 décembre à la Joyau à Fort de France et il sera incinéré le lendemain.

Cet ancien cadre des Postes et Télécommunication, avait refusé de partir en France hexagonale. L’ordonnance Debré qui autorisait les pouvoirs publics à procéder à l’exil forcé de certains fonctionnaires de l’outremer, troublant l’ordre public avait été appliqué par les autorités en place de l’époque. Georges Mauvois a aussi été écrivain et cadre du Parti communiste.

Des hommages très nombreux ont suivi ce décès.

Claude Lise signe :

J’ai appris avec émotion et tristesse le décès de George MAUVOIS. Militant anticolonialiste, écrivain, Georges MAUVOIS nous laisse en héritage un patrimoine littéraire et une œuvre riche où les valeurs morales et politiques traduisent l’authenticité martiniquaise. Au nom de l’Assemblée et en mon nom personnel, je présente à ses enfants et à sa famille mes sincères condoléances.

Autre hommage celui de la Conseillère exécutive de la CTM Marie-Hélène Léotin :

« Le militant communiste, syndicaliste et écrivain martiniquais Georges E. Mauvois nous a quittés ce 4 décembre 2018, à l’âge de 96 ans.

Né à Fort-de-France, cadre des PTT, il a mené une importante activité politique et syndicale au sein du Comité Central du Parti Communiste Martiniquais. Frappé par l’Ordonnance du 15 octobre 1960, il démissionne de la Fonction Publique, en même temps que Walter Guitteaud et Armand Nicolas, pour ne pas être muté d’office en France et pour continuer à se mettre au service de la classe ouvrière et des couches populaires en Martinique.

Georges E. Mauvois est aussi bien connu dans le monde littéraire car il nous a laissé une œuvre riche aussi bien en français qu’en créole. Ses pièces de théâtre (Agénor Cacoul, Man Chomil…) ont connu un immense succès populaire. Ses récits (Château Aubéry, Georges Gratiant, Case-Navire, Fort-de-France…) ont livré les faits, les choses et les gens du siècle dernier.

Une plume acérée, un observateur à la fois vif et enjoué, Georges E. Mauvois est un de ceux qui nous a appris à avoir un autre regard sur notre langue le créole et sur notre société martiniquaise.

Qu’il en soit remercié. »

Le PPM Parti Progressiste Martiniquais dit avoir a appris avec beaucoup de tristesse le décès de Georges Eleuthère MAUVOIS et écrit

Il est un exemple pour notre nation martiniquaise.

Par son engagement dans la lutte anticolonialiste, jusqu’à perdre son emploi, sa fidélité à la culture martiniquaise, il nous lègue en héritage des valeurs de droiture et d’idéal de justice.

Son oeuvre riche et ses pièces de théâtre, dont la célèbre « Man Chomil », ont redonné des lettres de noblesse à la langue créole et à l’identité de notre peuple.

Le Parti Progressiste Martiniquais présente à ses enfants, sa famille et ses amis, ses sincères condoléances.

L’historien Gilbert Pago, lui a rendu hommage en ces termes :

« Georges Mauvois était un grand écrivain, essayiste, dramaturge, poète, biographe, au style talentueux et parfait créoliste. Nous avions une relation très forte et je suis bouleversé par son décès. Il a été aussi un ex dirigeant du Parti communiste dont il s’était éloigné, très doucement, avec ménagement et sans éclat à partir de 1973 et il s’était alors beaucoup plus investi dans la littérature et la réflexion. J’avais trouvé un homme charmant, curieux et attentif sans pour autant renier ses idéaux de jeunesse et son positionnement pour une société juste, pour la libre pensée, pour la laïcité, pour l’affirmation de la culture martiniquaise et de l’identité caribéenne… »

Photo : Réseaux Sociaux