Gilets Jaunes : Mobilisation importante mais 1 an d’anniversaire célébré dans la violence entre des radicaux et la police

Rédigé par : Dothy, le
Publié dans : Actualites, France
Mots clés : ,

147 interpellations, 28 000 manifestants, 4 700 à Paris, l’année d’anniversaire des manifestations des Gilets Jaunes a été bien suivie, preuve de leur longévité après 53 semaines de revendications sociales. Mais ce samedi de célébration a basculé dans la violence, des radicaux se sont mêlés aux manifestations, déclenchant des confrontations violentes avec la  police dans différents endroits de la capitale.

Aujourd’hui, la place d’Italie et la Bastille ont connu un regain de violence, dénoncée par les   politiques dans les médias et par les porte-parole des manifestants pacifiques. Parmi les gilets jaunes non-violents, ce sont plus de 300 radicaux infiltrés, des ultras jaunes qui sont à l’origine des pires scènes de vandalisme et de dégradations dans Paris.

Des violences très localisées à Paris, ce soir aux Halles, cet après midi sur la Place d’Italie et malgré la présence de nombreux policiers encadrant la manifestation, ce samedi 16 novembre se solde par  un déchaînement de violence. Pourtant, à 10 heures, tout avait commencé dans le calme ce samedi matin dans le 13ème arrondissement, sur la Place d’Italie, le point de rendez vous des Gilets Jaunes. Mais très vite, la situation a dégénéré aux environs de 12 heures, quand une dizaine d’individus tout en noir, masqué et cagoulé ont commencé à brûler des palettes en bois. Les pompiers arrivés sur les lieux, ont dû se replier, protégés par les CRS et dans le même temps les casseurs lançaient des pavés en direction des forces de l’ordre. C’est à coup de gaz lacymogène que la police a répliqué ce qui n’a absolument pas affaibli pas la détermination des Black bloc. La Préfecture de Police prend alors la décision d’annuler la manifestation prévue à la Place d’Italie, qui devait démarrer à 14 heures.

Sous un nuage de fumée la police a  tenté de ramener le calme.

Place de la Bastille ce sont des manifestants qui se lancent à la poursuite des policiers attaqués à grand coup de barricade. Des affrontements éclatent à la tombée de la nuit au retour des casseurs. Sous une pluie d’insultes les policiers procèdent à des interpellations. les black blocs ne sont repoussés qu’une heure plus tard.

Bilan, des voitures et des motos incendiées. Des vitrines d’abris de bus brisées, des banques pillées, les vitrines d’une résidence hôtelière ont été attaquées. Un monument aux morts a été saccagé, le centre commercial Italie 2 paye le plus lourd tribut durant cette journée d’anniversaire.

Vers 15 heures, Le préfet de police de Paris Didier Lallement a fait état de 61 interpellations et à plus de 100 à 16 heures.

La célébration des un an de mobilisation des Gilets Jaunes s’est aussi déroulée pour « La France des Rond Points », dans l’Hérault, là où tout a commencé. Selon les témoignages, ces gilets jaunes de la première heure, mobilisés des le début du mouvement, restent très déçus, selon eux rien n’a changé. Leur salaire « est toujours très bas », ils attendent un vrai geste de l’Etat à « cette crise qui n’en finit plus ». Les réponses sur le pouvoir d’achat n’ont pas été suffisantes, explique une gilet jaune.

En province des heurts ont marqué cette journée, à Lyon, Lille, Nantes, Marseille et Bordeaux, mais dans l’ensemble, la manifestation d’anniversaire des Gilets jaunes s’est déroulée dans le calme commentent les médias nationaux.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images Capture d’écran C’news Actus Dothy