Grève CGTM SOEM : La lutte continue à Case-Pilote !

Vues : 1

greve-agents-municipaux-martinique-septembre-2014

Les rythmes scolaires : Un dossier qui aura fait couler beaucoup d’encre. Et ce n’est pas fini!

Une nouvelle semaine a commencé, toujours sur fond de grogne.
En effet, l’intersyndicale CGTM SOEM demeure toujours mobilisée, exprimant encore et encore sa non satisfaction quant aux nouveaux rythmes scolaires…

Mais les revendications des agents municipaux de Case-Pilote ne concernent pas uniquement les nouveaux rythmes scolaires, car, il est en effet aussi question de salaires. Selon les élus, la perte de la taxe professionnelle versée par EDF et la baisse de 14% du budget de fonctionnement de la ville font que celle-ci connaît actuellement de grosses difficultés financières.

Autre élément favorisant la grogne des agents : la réduction prévue de leur prime.
Selon Thierry Maréchal, deuxième adjoint au maire en charge des finances, les élus, lors du dernier conseil municipal en date du 11 septembre, ont prévu de réduire le deuxième versement de la prime des agents; ce qui n’est pas du goût des responsables syndicaux, déclarant « Nous ne voulons plus entendre parler de cette histoire de taxe professionnelle! ». Ces derniers estiment que les responsables financiers de la ville sont de mauvais gestionnaires, partant du principe qu’ils savaient depuis 2008 qu’ils n’auraient plus droit à la taxe professionnelle.

Une mobilisation plus forte.
Les agents municipaux grévistes entrés dans ce qu’ils appellent un droit d’alerte, comptent comme hier,  mener une opération « Molokoï » dans le bourg de la commune . Aujourd’hui, ils demandent purement et simplement l’annulation des décisions prises lors du dernier conseil municipal. Les employés municipaux grévistes affiliés à la CGTM SOEM ont prévu également de bloquer ce matin l’accès au bourg de Case-Pilote (mairie, poste etc…).

La probabilité d’un durcissement du conflit a donc été évoquée pour ce mardi matin.
Il y aura forcément une gêne générée par cette mobilisation, et ce seront les parents des enfants scolarisés à la ville de  Case-Pilote qui en feront de nouveaux les frais.