Grève des stations service : Les salariés ne sont pas concernés

Vues : 1

Salariés stations

Depuis le début de la grève illimitée des gérants de stations service le 27 décembre dernier, on parle de beaucoup de choses sauf des salariés affiliés aux stations qui gardent le volet clos. Au total 70 sur les 76 stations de l’ile sont fermées, pour en moyenne 700 à 750 salariés du secteur, qui eux, ne sont pas concernés par le mouvement de grève.

Entre ceux qui se rendent malgré tout sur leur lieu de travail et à qui l’on ordonne de repartir chez eux, et ceux qui occupent leur poste au sein d’une boutique morte, la confusion est omniprésente. Ils ont donc répondu à l’appel lancé par CGTM Produits Pétroliers et se sont réunis ce dimanche matin à la maison des syndicats à Fort-de-France pour discuter du conflit. Ces derniers complètement désolidarisés du mouvement, déclarent de ne pas se sentir concernés par cette grève, et ont bien l’intention d’occuper leur poste jusqu’à temps que le conflit trouve une issue.

Les gérants, de leur côté, attendent impatiemment l’intervention du premier ministre Jean-Marc Ayrault pour mettre fin à leur mobilisation contre le Décret Lurel sur la fixation des prix des carburants. Victorien Lurel, quant à lui, maintient fermement ses positions. En déplacement en Guadeloupe ce vendredi, il déclarait à ce sujet:

Le Premier ministre l’a répété, la concertation se poursuit. Le gouvernement a mis en place une politique conforme aux engagements du Président de la République. Une loi a été prise expliquant que tous les marchés de gros, d’acheminement pourront faire l’objet de réglementation par décret, nous sommes dans cet exercice. Il y a eu un premier décret, qui n’a pas donné les résultats escomptés, qui a décuplé les profits. Nous voulons faire baisser les prix, nous voulons de la transparence, préserver les marges des détaillants. Mais nous voulons en revanche préserver les emplois. Nous sommes prêts à discuter des arrêtés de méthode. On peut faire évoluer un certain nombre de choses. Chacun est devant sa responsabilité, gouvernement, partis politiques, syndicats, patrons pétroliers, etc. Nous pouvons faire baisser les prix. Je comprends l’inquiétude des gérants de stations-service. Ma porte reste ouverte »

Photo: RCI