Grève illimitée des stations service confirmée en Martinique, Guadeloupe et Guyane

Vues : 9

greve-station-2

Station Total Batelière

 greve-station-illimite

Les stations de Martinique prisent d’assaut

C’est confirmé, les gérants de stations-service des Antilles-Guyane entament une grève illimitée.

Ils avaient annoncé une mobilisation après noël, les gérants de stations-service confirment la fermeture des boutiques et des pompes à essence dès 6 heures demain 27 décembre pour une durée illimitée, en Martinique, également en Guadeloupe et Guyane.

Suite à une assemblée générale ce  jeudi après-midi au Lamentin, les gérants ont décidé de fermer leurs établissements pour une durée illimitée. Pistes et boutiques seront fermées précise Steve Victoire, au nom de l’intersyndicale des gérants.

Les gérants de stations service protestent contre le décret Lurel, qui entrera en vigueur dès le 1er janvier 2014. Ce décret vise à réduire les marges des compagnies pétrolières. Avec cette réduction, ce seront désormais aux pétroliers de prendre en charge la distribution de carburant et les professionnels craignent de subir une automatisation de leur pompe, anéantissant radicalement la gérance des stations et le métier de pompiste chez nous.

« Cette mesure aura pour effet de nous faire disparaître », disent les gérants. « Les pétroliers qui ne veulent pas que l’on touche à leurs marges, n’hésiteront pas à mettre en place des pompes automatiques et à se passer de nous et de nos employés », ajoutent-ils.

Les gérants espèrent toujours une concertation, non plus de Victorin Lurel, disqualifié à leurs yeux, mais du premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Ils affirment qu’ils sont prêts à tenir le temps qu’il faudra pour obtenir des négociations autour du décret.

Selon la chambre syndicale des gérants, la majeure partie des stations de l’île devraient être fermées. Reste maintenant à connaître la réaction des salariés, qui devraient se retrouver au chômage technique après la décision des gérants.

Photo : Google images


1 commentaires :

Les commentaires sont fermés